Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 12:24


A la suite du premier article « Affaire Abiven (1) : revue de presse 2003-2008 », quelques personnes se sont émues, en privé : est-ce que l’association Doëlan-Clohars-Environnement n’entend pas respecter la loi ? (allusion au dernier paragraphe de l’introduction  *).


Bien sûr que si DCE respecte la loi !  Et ses membres ne sont pas des « aventuriers » !


Mais, si on veut être honnête, l’affaire en question est vraiment complexe


Il suffit d’ailleurs de voir la position de la Mairie de Clohars-Carnoët dans les conseils municipaux récents où des élus majoritaires ont rappelé leur programme : « un urbanisme pensé et maîtrisé » … mais ont dû voter, par légalité, la modification du POS, tout en annonçant une enquête publique où des éléments critiques seront apportés


A noter que Monsieur Louis LE PENSEC, ancien ministre et auteur de la Loi Littoral, a répondu récemment aux Riverains opposés à M. ABIVEN en confirmant son analyse de l’affaire et en se réjouissant que la nouvelle municipalité se soit attelée à ce dossier (cliquer ici).


Jusqu’ici, notre association DCE s’est particulièrement engagée sous plusieurs formes : démarches auprès des autorités (dès le début de l’affaire et encore tout récemment pour faire le point des possibilités),  participation à la diffusion de la pétition d’Octobre 2003 (2 000 signatures), initiative dans l’organisation de la grande manifestation du 8 Novembre 2003 (600 participants) …

Maintenant, quoi faire ? La question a été posée lors de la dernière Assemblée Générale du 7 Août 2008. Elle est embarrassante pour la majorité des adhérents, qui sont naturellement respectueux de la loi mais toujours contrariés par ce projet de construction.


D’où l’idée de cette série d’articles qu’on espère utiles. Le premier était sommairement informatif … mais a déjà suscité une mini-discussion interne. Les prochains articles devraient être plus approfondis et refléter les diverses positions et suggestions des uns et des autres au sein de DCE et au-delà. Nous y travaillons (cf. création d’un groupe de rédaction) croyant aux vertus de l’information et du débat démocratique … par le biais de ce blog notamment.


Et puis gardons espoir : un dialogue constructif avec M. Abiven est peut-être encore possible  …

 

 E.D. pour D.C.E.


(*) Doëlan-Clohars-Environnement qui a agi dès le début avec d’autres associations de défense du littoral  contre cette construction continue de le faire, notamment par le moyen du blog.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Cloharsien 13/10/2008 12:50

Je crois me souvenir avoir lu dans la presse que le permis de construire de ce Monsieur avait déjà été annulé par la Préfecture du Finistère, suite à un avis défavorable de la Commission des Sites qui parlait de "site remarquable".
Pourquoi devraient-ils aujourd'hui revenir sur leur décision?

David 13/10/2008 12:08

La loi littorale est claire: dans la bande des 100 mètres (M. Abiven souhaiterait construire à 80 mètres de la mer), toute construction est interdite lorsque l'on se trouve en présence d'un espace remarquable.
Or, la vision directe de la mer depuis la terre est l'un des critères majeurs pour l'identification d'espaces remarquables.

isabelle 09/10/2008 21:22

Laisser construire une villa secondaire ou autre sur ce site remarquable, serait un véritable sacrilège!
Non seulement toute construction à cet endroit boucherait définitivement la magnifique vue à partir de la rue de la Fontaine jusqu'à l'île de Groix mais ferait aussi jurisprudence, entraînant le bétonnage progressif le long du sentier côtier partant de Doëlan vers le Kérou.
Est-ce vraiment ce que nous souhaitons transmettre aux générations futures?