Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 12:10

Pourquoi une « alerte » ? Parce qu’un problème d’aspect environnemental très significatif à nos yeux, a été posé … et qu’à ce jour il n’est pas encore vraiment réglé - dans un sens ou dans un autre : refus ou acceptation officiel(le) - du moins à notre connaissance. Or, cela concerne un projet dont la réalisation pourrait constituer un « précédent » risqué pour le paysage pittoresque du Port de Doëlan et le droit d’usage lié au domaine public maritime.

 

Alors parlons-en (et que le porteur de projet veuille bien nous excuser pour la liberté de ton qui suit).


 

Quai et cale Kernabat à Doëlan le 16-2-09.jpg



Quelques éléments historiques utiles :

 

Le 24 janvier dernier, lors de la réunion conviviale qui a suivi la cérémonie des vœux du maire à la Salle des Fêtes de Clohars-Carnoët, le patron du bar « Le Rive Gauche » - M. Eric Grobsheiser -  a sollicité notre association, « sur le conseil de la mairie » a-t-il dit, à propos d’un projet de terrasse couverte sur la cale Kernabat.

 

C’est ainsi que le 2 Février, quatre membres de DCE se sont rendus sur place Quai Kernabat à l’invitation du porteur de projet.

 

La rencontre très cordiale (plusieurs d’entre nous connaissent bien le patron du « Rive Gauche » et l’apprécient) s’est néanmoins terminée sur un climat de malaise.

 

En effet, à notre grand regret, le projet qui nous a été détaillé, plans à l’appui, est apparu au cours de la discussion de plus en plus inadapté ou « incongru », en termes esthétiques et paysagers ainsi qu’au plan pratique et de la sécurité, sur cette cale au milieu de la ria.

 

 

 

Une version du projet de terrasse.jpg (*)

 

 

Rapidement, une consultation démocratique de l’ensemble des membres du conseil d’administration de « Doëlan-Clohars-Environnement » s’est mise en route. Simultanément, un rendez-vous a été demandé à M. le Maire Jacques Juloux.

 

Compte tenu de son emploi du temps chargé, c’est Mme Anne Maréchal, 1ère Adjointe, qui a reçu le 11 Février 2009 la Présidente de DCE, Mme Bineau, accompagnée de Mme Dumont (du CA de DCE). L’entretien toujours cordial n’a cependant pas calmé nos inquiétudes.

 

Entre temps, la consultation des quatorze membres du CA de DCE a abouti à onze avis défavorables au projet de terrasse couverte.

 

 

C’est alors qu’on a voulu rassembler dans un dossier les arguments détaillés de cet avis majoritaire défavorable à la terrasse couverte pour mieux les faire connaître (comme cela a déjà été fait pour d’autres projets qui ont un impact public et pas seulement privé : exemple le devenir du site de l’ex-usine Capitaine Cook).

 

 


Le dossier de D.C.E. "Avis projet de Terrasse ..." (10 pages et 21 illustrations)

 

                  

On ne va pas répéter ici tous ces arguments : on pourra les lire dans le dossier indiqué en cliquant sur les deux documents suivants en format PDF : pages 1 à 5 (3,44 Mo) et pages 6 à 10 (3,51 Mo).


 

Une question : en procédant ainsi, n’avons-nous pas fait notre « job » (de bénévoles !) ?

Il n’y a là aucune visée de « monopole de la défense de l’environnement » ni de positions d’ « ayatollahs de l’environnement » selon quelques amicales remarques ! Il suffit de relire nos statuts (voir en page d’accueil) et de se rappeler que l’association existe depuis vingt ans et a donc une certaine légitimité, sans exclusive.

 

Le débat important est de fait celui d’une vraie perspective de « développement durable » qui inclut « trois piliers » comme cela a été rappelé lors de la réunion publique organisée par la municipalité le 28 Février : environnement – économie – social. Nous en sommes d’accord. Il faut encore y travailler … Rude tâche si on veut dépasser nos préjugés, nos préférences plus ou moins conscientes pour l’un ou l’autre des trois « piliers » !

 

On se permet ces dernières « interpellations » :

 

- Ne vaut-il pas mieux « prévenir que guérir » et agir autrement qu’à « court-terme » ?

 

- Quelle(s) leçon(s) concrète(s) allons-nous tirer, à Clohars-Carnoët, de la connaissance apportée par les deux chercheurs-conférenciers de la réunion du 28 Février – Mme Françoise PERON et M. Johan VINCENT :  "Dans notre Recensement du Patrimoine Maritime Bâti", ont-ils dit,  "Doëlan a été classé dans la catégorie des 19 « ports d’intérêt exceptionnel » sur un total de 401 ports bretons étudiés »  … ?

 

- Ne faut-il pas se « re-saisir » : le dynamisme sympathique d’un commerçant fort apprécié localement et le souci de « revitaliser Doëlan », selon l’expression consacrée, autorisent-ils une telle erreur d’aménagement à l’époque du « Grenelle de l’environnement » et plus récemment du « Grenelle maritime » , n’y a-t-il pas de solution(s) plus appropriée(s) harmonisant intérêt privé et intérêt général ?

 

A suivre encore …

 


Evelyne Dumont

(CA de DCE)

 

(*) Les critiques faites dans le dossier ne concernent pas le produit en lui-même mais le fait qu’il pose des problèmes pratiques et de sécurité ainsi que d’intégration dans le paysage très spécifique du port de Doëlan.



Partager cet article

Repost0

commentaires

Evelyne Dumont 04/03/2009 11:33

J'admets votre émotion. Mais soyons exactes, si vous le permettez.
Le 2 Février, Eric nous a présenté son projet avec ce commentaire : "j'ai l'accord de principe de la mairie". Et il nous demandait notre avis sur des aspects esthétiques. Or, c'est le principe même de l'installation d'une telle structure sur le domaine public maritime qui est en cause.
A propos du loup et de l'agneau, il ne faut pas exagérer. Quant à l'expression "courir à la mairie", elle est chargée d'un non-dit regrettable.
Evelyne Dumont

grobsheiser corinne 04/03/2009 09:40

franchement pitoyable pour être polie!
alors que le patron du Rive Gauche vous propose son projet,vous montez cela en épingle et courez à la mairie! je découvre les 10 pages du plaidoyer sur le blog! quelle franchise!!
le loup et l'agneau sont encore d'actualité
que l'on ne soit pas d'accord OK! mais au moins on peut en parler ECOEURANT