Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 14:20


« L’affaire Abiven » au Port de Doëlan sur la commune de Clohars-Carnoët en Finistère Sud atteint désormais sa dixième année … après quantité d’épisodes tumultueux dont une manifestation le 8 Novembre 2003 avec 600 personnes rappelée ici avec sept photos. L’évènement a eu lieu à l’appel de six associations locales : « Doëlan-Clohars-Environnement », « Dre Ar Vinojenn », « Les Amis du Pouldu », « Les Amis des Chemins de Ronde », « Cap Avenir » et « ARUSK ».


 

Dernière minute 

Au moment du bouclage de l’article, nous lisons dans la presse

(Ouest-France et Le Télégramme du 30-04-09) l'information municipale suivante :

 

Urbanisme - La révision simplifiée du Pos (Plan d'occupation des sols) concernant le terrain de Monsieur Abiven à Doëlan rive gauche est en cours. On peut faire des remarques grâce au cahier de concertations mis à disposition à l'accueil de la mairie. Informations, au service urbanisme : le lundi de 9 h 30 à 12 h et sur rendez-vous l'après-midi, mardi, mercredi, de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 16 h, et jeudi de 9 h 30 à 12 h, fermé l'après-midi, fermé le vendredi.

 

Voir plus bas dans notre article des conseils pratiques pour répondre à l’enquête publique.

 

 


1 -  Manifestation du 8 Novembre 2003 contre le projet de résidence Abiven à Doëlan :

les manifestants font un arrêt au sud de la parcelle litigieuse jouxtant le sentier côtier GR 34 (ed)

 

 

 

2 - Rendez-vous près du Phare Aval de Doëlan, point de départ de la manifestation du 08-11-03 (ed)

 


 

3 - Le discours de l’Ancien Sénateur du Finistère et Ministre de la Mer M. Louis Le Pensec

(ed - 08-11-03)

 


 

4 – Chacun-e des six Président-e-s d’association ayant appelé à la manifestation du 8 -11-03

a pris la parole. Ici, M. Maurice Morlec de « Dre Ar Vinojenn » (ed)


 


5 – Manifestants avec une banderole des « Amis des Chemins de Ronde » du Finistère (ed – 08-11-03)

 


 

6 - Autre banderole et pancarte de manifestants du 8 Novembre 2003 à Doëlan (ed)

 

 

 

7 - Banderole et pancarte plantées devant l’entrée de la parcelle litigieuse AP 52

rue de la Fontaine lors de la manifestation du 8 Novembre 2003 à Doëlan (ed).


  Le slogan de la pancarte avait particulièrement eu du succès :

"ABIVEN NOTRE LITTORAL EST PRIORITAIRE, TA RESIDENCE EST SECONDAIRE" ...

 

 

Sept photos de la manifestation du 8 Novembre 2003 à Doëlan contre le projet de M. Abiven

de construire une grande villa en front de mer sur la parcelle AP 52 classée NDs (inconstructible)

 selon le P.O.S. de 1994 de la commune de Clohars-Carnoët en Finistère Sud (ed – 08-11-03)

 

 

Ces jours-ci, une nouvelle étape cruciale s’annonce avec l’ouverture imminente d’une enquête publique confirmée par le maire de la commune, M. Jacques Juloux, dans un communiqué de presse publié par les journaux « Ouest-France » et « Le Télégramme » le 18 Avril 2009 … où le premier magistrat lance un « appel à la population » pour qu’elle se mobilise dans le courant du mois de Mai 2009  … (lire les éléments du communiqué en cliquant ICI).

 

Notre article vise donc à rappeler les principaux éléments de cette affaire et les enjeux qui demeurent importants pour les cloharsiens « résidents permanents » ou « résidents secondaires » ou bien « de passage » - soucieux de la protection de notre magnifique environnement dans la perspective actuelle du « développement durable et solidaire ».

 

Nous devons absolument profiter de l’occasion de cette enquête pour exprimer de façon démocratique à M. le Commissaire qui en a la charge et aussi, par cette voie, à M. le Préfet qui prendra la décision finale, quel avenir nous voulons concernant le littoral cloharsien et son urbanisation, à savoir :

 

« bétonner » encore et encore…  le « front de mer » ?

 

ou

 

penser au long terme et donc protéger absolument la bordure littorale

 si fragile et précieuse pour nous … et pour les générations futures ?

 

 

Nous ne croyons pas qu'en ces temps de grave crise économique et financière mondiale, le littoral soit un sujet "superficiel" ! Voyez par exemple les propos encore récemment publiés par des spécialistes du domaine : Louis Le Pensec, Pierre Papon, Alain Merckelbagh, Patrice Guillotreau (cliquer ICI).

 

En tous cas, à Clohars-Carnoët, l’enquête publique qui est programmée est l’ultime chance pour empêcher la construction de M. Abiven … et donc « l’explosion » qui pourrait s’ensuivre avec tous les cas de jurisprudences potentielles dont les dossiers se sont particulièrement accumulés depuis 2003 à la Mairie de Clohars-Carnoët (après le jugement de Nantes) !

 

Dans un précédent article du blog publié le 24 Septembre 2008 et intitulé « Affaire Abiven à Doëlan (1) : revue de presse 2003-2008 », nous donnions déjà en téléchargement un récit des évènements par le biais de 49 articles de presse (cliquer ICI - Et revenir ensuite au présent article ... en cliquant seulement sur la flèche en haut à gauche de votre page sur l'écran !).

 

Nous ajoutons aujourd’hui un «Rappel historique des péripéties de l’affaire » adapté d’un dossier rédigé en Avril 2008 par des riverains de la Rue de la Fontaine (par ailleurs membres de DCE) en procès contre M. Abiven, avec trois parties :

 

I - Les débuts « discrets » du projet de construction

II - Les réactions des riverains, de la population et des associations cloharsiennes face à ce projet inattendu et inacceptable

III – Le très long feuilleton juridique et médiatique de l’affaire (du 22-01-04 au 10-01-08) : un incroyable imbroglio sur la forme et le fond des jugements rendus

(cliquer ICI - Attention : 2,6 Mo en pdf).

 

 

Et, pour compléter encore les informations utiles - du moins nous l'espérons - aux avis à donner "en connaissance de cause", à l'enquête publique, nous rappelons trois données significatives :

 

1/ Au niveau de la parcelle litigieuse Rue de la Fontaine, tous les passants, à pieds, en voiture ou en vélo profitent d’une vue panoramique de notre littoral jusqu’à l’Ile de Groix. C'est bien pour cela qu’on parle dans les documents juridiques « d’espace remarquable » . Alors question : faudrait-il « imiter » certaines des zones littorales de la Côte d’Azur où l’on suit une route côtière entourée de chaque côté de files de maisons … sans même voir où est la mer ?

 

2/ Dans la Rue de la Fontaine, les quelques maisons situées côté mer sont majoritairement d’anciennes « maisons de pêcheurs ». Pour les deux maisons les plus récentes, la réalité est la suivante : l’une a été construite avant la promulgation de la Loi Littoral de 1986 sur une parcelle constructible ; quant à la toute dernière édifiée en 1998, elle est située en partie haute d’une parcelle également constructible. Pour elles, on notera donc qu’elles n’ont rien à voir avec le cas de M. Abiven puisqu’aucune n’a été incluse dans la zone Nds du cadastre … et par ailleurs aucun des propriétaires n’a jamais attaqué le P.O.S. de la commune !

 

3/ Concernant la parcelle AP 52 classée officiellement, elle, en Nds donc inconstructible, il faut bien avoir conscience que ce sont les avocats de M. Abiven qui ont « réussi », par voie juridique, à reclasser une partie de son terrain non constructible en terrain constructible … alors que de nombreuses prises de positions officielles (Mairie, Commission des Sites, Préfecture …) n’allaient absolument pas dans ce sens (voir les détails dans les parties historiques jointes à cet article et au précédent article paru sur le blog le 24-09-08).

 

 

Pour le proche avenir …

 

« Doëlan-Clohars-Environnement » demande à tous les habitants de répondre à l’appel du maire en s’adressant individuellement (c’est important) à M. le Commissaire-enquêteur. Pour peser efficacement sur la décision finale, il faut en effet un grand nombre de participants distincts. C’est la loi du genre.

 

Aide pratique : Nous avons trouvé sur internet un précieux « guide » publié en septembre 2008 par  la CCI de Lyon pour les entreprises et intitulé : « Les enquêtes publique : S’exprimer pour être acteur de son environnement ». Il est intéressant aussi pour les particuliers. Allez le consulter et diffusez les conseils qui s’y trouvent aux voisins et amis ... (cliquer ICI).

 


Quant aux résultats de cette enquête publique, nous optons pour l’optimisme en espérant qu’ils iront dans le sens des propos que tenait  l’été dernier l’Ancien Ministre de la Mer Louis Le Pensec en répondant aux riverains de la Rue de la Fontaine:

 

 

«Pour ma part, j’ai toujours plaidé pour que le terrain concerné reste libre de construction, considérant qu’une constructibilité, même partielle, constituerait un précédent fâcheux. De plus, l’intérêt paysager d’une telle ouverture sur la mer n’est pas à démontrer »  (cf. le 07-07-2008).

 

Il ne faut jamais se résigner quand on croit à une bonne cause !

 

 

 

Rédaction :

 

E. Dumont (CA) avec L. Bineau (Présidente) et M. Bouque (Secrétaire)

 

et la collaboration de M. J. Tanguy (co-auteur d’un « Dossier Affaire Abiven »

des Riverains de la Rue de la Fontaine à Doëlan en date du 28-04-08)

 

pour « Doëlan-Clohars-Environnement »

Contact : association.dce29@orange.fr

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

ED 27/05/2009 21:55

Réponse tardive et très incomplète au commentaire n° 3 de jl michaud du 30 Avril ... On n'a pas oublié ... On espère avoir les éléments suffisants pour pouvoir répondre concrètement en cette fin de semaine.
Cordialement. ED

Coccinelle 03/05/2009 18:58

c'est certain que ce n'est pas l'enquête publique. Juste un gadget.

ED 01/05/2009 15:59

On va sûrement bientôt comprendre.En effet, j'ai eu l'occasion de croiser ce matin à Quimperlé l'adjoint à l'urbanisme et lui ai signalé cette ambiguité. On n'avait pas le temps de développer ... On doit le faire lundi.
Je ne manquerai pas d'indiquer sur le blog le résultat utile pour l'enquête publique.
En effet, il me paraît toujours aussi important que LES HABITANTS DE CLOHARS S'EXPRIMENT DEMOCRATIQUEMENT, PAR LA VOIE OFFICIELLE - QUI ABOUTIRA AU PREFET - SUR CETTE QUESTION DE L'URBANISATION DANS LES 100 M DE PROTECTION DEFINIS PAR LA LOI LITTORALE .... dont on sait depuis plusieurs années que certains veulent la remettre en question, l'amoindrir ...
Dans l'immédiat, restons "zen" ... le mot employé est "concertation" ...
Mais, c'est vrai, clarifions !
ED chargée du blog DCE

Coccinelle 01/05/2009 09:02

Merci pour cette recherche.
Effectivement, il y a une info sur le site de la mairie en première page aujourd'hui. j'aurais bien fait un copier-coller d'une phrase mais cela ne marche pas.
En résumé, il est question de remarques sur un cahier de concertation mis à disposition du public à l'accueil de la mairie.
Cela ne semble pas être l'enquête publique.
Mais alors, à quoi cela sert-il ? cela risque d'embrouiller les gens, ils risquent de penser qu'ils ont répondu à l'enquête publique.
Je ne comprends pas.

Doëlan Clohars Environnement (DCE) 01/05/2009 00:15

En 2e réponse partielle à "Coccinelle" (commentaire n° 1), j'indique qu'à l'instant, en voulant vérifier l'impact de l'article DCE de ce jour, j'ai tapé sur "Google" le mot-clef "Abiven" ... Sont apparues d'abord d'innombrables références de porteurs du patronyme ... et en persévérant un peu, je suis tombée en page 5 sur la référence : www.clohars-carnoet.fr-Terrain "Abiven" ... En allant voir de plus près, je suis arrivée sur le site de la municipalité, en retrouvant le contenu du communiqué de presse déjà signalé ...
J'avoue ne pas aller tous les jours sur le site de la mairie !
Cela n'éclaire cependant pas encore totalement le lien entre "le cahier de concertation" à l'accueil de la mairie (début du texte du site) et la fin : "Les élus appellent en conséquence la population à s'exprimer lors de l'enquête publique qui sera prochainement lancée (...).
DONC CE N'EST PAS ENCORE L'ENQUETE PUBLIQUE OFFICIELLE, apparemment.
On peut penser que les élus de Clohars-Carnoët sont intéressés à savoir,par avance et de façon distincte de ce que recevra le Commissaire-enquêteur, ce que pensent les habitants de la commune ...
Nous ne sommes pas dans les "secrets" mais tout cela va sûrement s'éclaircir très bientôt.
Et de toutes façons, l'essentiel est que la population de Clohars ait tous les éléments de jugement et s'exprime largement de façon démocratique sur le devenir de notre littoral : à la merci de n'importe qui sans scrupule tant vis à vis des responsables élus que vis à vis des habitants sur place et de toutes les personnes concernées, globalement, par la protection de l'environnement (ici le littoral très spécifique) et un "urbanisme pensé et maîtrisé" ... ou au contraire par des actes qui résultent d'un respect et d'un consensus ...
De l'idéalisme ?
En tous cas un vrai souci.
Evelyne Dumont