Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 15:38

 

 

R a p p e l   i m p o r t a n t  :  PETITION URGENTE

 

NON à la révision partielle du P.O.S. de Clohars-Carnoët !

ARRETONS LE BETONNAGE DU LITTORAL dans la bande des 100 mètres !

 

On peut répondre à cette enquête publique quel que soit son lieu de résidence
Alors, cloharsiens résidents ou de passage, amoureux du littoral de Clohars-Doëlan-Le Pouldu, n’hésitez pas à SIGNER et FAIRE SIGNER cette pétition avant le 10 juillet 2009 (clôture de l’enquête)


http://www.lapetition.be/petition.php?petid=4601


N'oubliez pas la 2e étape de validation sur le mèl que vous recevez peu après la 1ère étape.


Précision : La pétition en ligne ne remplace pas règlementairement un témoignage sur le registre d’enquête en mairie ou une lettre directe à M. Commissaire-enquêteur. Mais elle les complète et aura son utilité à l’avenir … Dès maintenant elle permet de montrer à un vaste public qu’à propos de Clohars-Carnoët on peut et on sait se battre pour défendre le littoral et l’environnement en général ! Cela n’est t-il pas réconfortant … et prometteur ?


_____ o _____

 



Un précédent article publié le 6 juillet 2009 sur ce blog a rendu compte de l’intervention d’ouverture de Mme Bineau, présidente de l’association Doëlan-Clohars-Environnement à l’initiative de la conférence de presse du 2 juillet 2009 « Mobilisons-nous pour l’enquête publique sur l’affaire Abiven » (cliquer ICI).

 


 

Une vue panoramique à partir de la "fenêtre" du côté Nord de la parcelle n° 52,

rue de la Fontaine à Doëlan Rive Gauche, le 26 juin 2009. L'ile de Groix apparait au loin, en haut à droite.
Les panneaux en noir et blanc sont ceux qui officialisent l'enquête publique (photo ed).


                                                                                                                         

Nous poursuivons ici le compte rendu en résumant les principaux thèmes qui ont été discutés lors de cette conférence de presse par les représentants des huit associations présentes :

 

Amis des Chemins de Ronde du Finistère (ACR Finistère), Cap Action Solidarité (CAPAS), Réseau Cohérence, Doëlan-Clohars-Environnement (DEC), Dre Ar Vinojenn, L’Eau et la Terre, Eau et Rivières de Bretagne (ERB), Union des Associations de Défense du Littoral (UADL).
Avec le soutien des associations : Amis du Pouldu - Rivière et Bocage du Bélon - Arusk.

 

Ce résumé thématique n’est pas exhaustif (*), mais donne une idée des nombreuses raisons qui amènent à s’opposer au projet de construction par M. Abiven d’une vaste résidence secondaire dans la bande des 100 m du littoral à Doëlan en Clohars-Carnoët (Finistère Sud).

 

 

Sur le fond, la démarche de ce particulier est jugée inacceptable voire révoltante et très dangereuse si elle devait réussir

 

En effet, choisir délibérément un terrain non constructible car classé en zone naturelle protégée NDs et accumuler pendant dix ans les attaques en justice contre une municipalité et des riverains en désaccord avec lui pour parvenir à ses fins … jusqu’à imposer par voie contentieuse une modification du Plan d’Occupation des Sols n’est, à tout le moins, pas banal. Il y faut évidemment une particulière ténacité et beaucoup d’argent (pas moins de 8 jugements de tribunal ou cour d’appel).

 

Un participant souligne que la chose est d’autant plus inacceptable que d’autres personnes qui avaient autrefois souhaité acheter ce terrain pour y construire ont vu leur demande radicalement refusée par les autorités et ont alors renoncé. A présent qu’elles voient ce qu’il advient pour le « cas Abiven », elles sont évidemment très désagréablement surprises (certaines de ces personnes l’ont d’ailleurs écrit récemment à M. le Commissaire –enquêteur) (**).

 

On évoque aussi la situation délicate et paradoxale des « terrains agricoles » classés dans le POS en zone non constructible. La population avait à l’époque consenti aux décisions prises sans fondamentalement protester. Si maintenant quelques « petits malins » parviennent à faire déclasser les terrains, cela peut-être considéré comme un « scandale ».

 

Autre sorte de « scandale » signalé par deux participants : celui du coût financier de l’enquête publique à la charge de la commune et donc du contribuable : « Pourquoi ce particulier ne paierait-il pas les frais imposés par son comportement personnel ? ».

 

Par ailleurs, tous les représentants d’associations en sont d’accord : si M. Abiven réussissait finalement à imposer la révision du POS pour rendre constructible une zone qui ne l’était pas – et ici, tout particulièrement une zone en « front de mer », ce serait la « porte ouverte » à d’autres demandes, autrement dit, une « aubaine » pour la spéculation immobilière sur le littoral déjà si fragilisé en de nombreux endroits. En bref encore, il y a un risque de jurisprudence dramatique pour d’autres sites sensibles de la côte.

 

A propos de jurisprudence, une participante s’est insurgée contre celle concernant ce qu’on nomme une« dent creuse » : « La jurisprudence des dents creuses est obsolète dans la mesure où tout le littoral a été classé par la Loi Littoral de 1986 ! ».


On a parlé aussi de légalité et de règlementation …

 

Plusieurs participants ont souligné le caractère « aberrant » d’une révision du POS actuellement puisque la commune est en phase de création de son PLU à partir du SCOT et du PADD (***) : «Il est plutôt urgent d’attendre le PLU, lequel doit déterminer les zones urbanisées en évitant le mitage » ; et aussi : «Il serait incohérent de sortir tout d’un coup de la démarche SCOT et PADD pour un particulier …  surtout en ce qui concerne Doëlan, un « port de caractère » à protéger absolument. Alors oui, il faut « geler » le projet de révision du POS concernant l’affaire Abiven ! ».

 

L’un des participants a indiqué que sa fédération regroupant une cinquantaine d’associations est confrontée à de nombreux exemples concrets d’atteinte au littoral, où, malheureusement, on constate « un grand poids de la finance et de l’influence politique ». Dans ce contexte, les soutiens apportés visent à faire absolument appliquer la Loi Littoral. Et d’ajouter : « Dans l’affaire qui nous réunit, on peut trouver curieux qu’un Préfet en vienne à intervenir pour un particulier au détriment de l’intérêt général … ».

 

Et l’on a reparlé de la possibilité de contester un jugement, dans la mesure où un spécialiste du droit avait dit récemment que la Loi Littoral était un « canevas » conduisant les juges à en faire des interprétations … En l’occurrence, le jugement de Nantes confirmé par Rennes est tellement inattendu et peu acceptable qu’on peut craindre une situation de «trouble à l’ordre public» … Cela ne devrait-il pas être pris en compte ? Le groupe réuni ce 2 juillet ne disposant pas à cet égard de la compétence juridique suffisante n’a pu aller plus loin …

 

 

Enfin, aux plans pratique/sécurité, esthétique et écologique, divers problèmes et risques liés à cette éventuelle construction ont été cités pour le court et le long termes

 

Au plan pratique et de la sécurité :

 

- le fait que la rue de la Fontaine soit étroite … d’où des problèmes de circulation et donc de sécurité pour une nouvelle construction susceptible d’utiliser des engins lourds;

 

- la nécessité d’un raccordement au tout-à-l’égout pour cette éventuelle nouvelle résidence secondaire, au moment même où des besoins restent à satisfaire concernant d’autres habitations prioritaires en raison des péripéties de la station d’épuration (par exemple des logements sociaux) ;

 

- enfin, très préoccupante,  l’existence d’une faille rocheuse qui est une grotte pénétrant déjà d’environ 8 mètres sous le bas du terrain n° 52, commentée ainsi par l’une des participantes : « Quand on connaît l’évolution rapide de la côte, avec actuellement un littoral très « agressé », on peut s’interroger sur le devenir du sentier côtier (GR 34) : deviendra t-il de plus en plus dangereux ? et si oui, faudra t-il le détourner … éventuellement le remplacer par un passage dans la rue de la Fontaine ? » …

 

Au plan esthétique :

 

- un nouvel exemple « d’habitat à volets fermés » également appelé « effet de barre » puisqu’il s’agit d’un projet de résidence secondaire ;

 

- Le risque de « récidive » de ce particulier concernant l’installation d’un grillage en bordure du sentier côtier pour fermer le terrain au sud (cf. cas bien connu maintenant de Rospico en Névez)

  

Au plan écologique :

 

- la perte de 5 325 m2 de lande avec toute la flore et la faune typique qui s’y trouvent … où qui s’y trouvaient puisque un arasement de terrain et la destruction d’une partie de talus ont déjà été réalisés par ce particulier en 2003.

 

- tout le monde s’accorde pour souligner l’importance de préserver le plus possible ce qui reste de « nature » sur la côte pour les générations futures ; c’est pourquoi il ne faut absolument pas perdre la grande surface de lande de la parcelle A 52 ni laisser supprimer la vue panoramique qui va de Port-Blanc jusqu’à l’Ile de Groix et s’offre actuellement à tous ceux qui remontent la rue de la Fontaine.

 

 

Conclusion

 

Il faut continuer la mobilisation contre le « projet Abiven » !

 

YES, WE CAN !

 

 

E. Dumont

CA de DCE

 

 

(*) Par avance, nous prions les représentants des huit associations réunies le 2 juillet d’excuser les imperfections de ce compte rendu basé sur de simples notes manuscrites prises « à la volée » tout en participant à la discussion. Nous n’avions pas le temps de les recontacter pour une relecture collective : l’enquête publique s’achève le 10 juillet et il reste encore beaucoup à faire en terme de mobilisation …

(**) Nous aurons l’occasion d’en reparler sur ce blog dans un nouvel article en cours. 

(***) PLU : Plan local d’urbanisme – SCOT : Schéma de cohérence territoriale – PADD : Plan d’aménagement et de développement durable.

 

 

. Pour contacter l'association par mèl : association.dce29@orange.fr

. Pour s'inscrire à la Newsletter du blog et être informé-e de chaque parution d'article :
remplir le cadre tout en bas de la colonne de droite sur la page d'accueil.
. Pour adhérer à DCE : voir la ligne "Bulletin d'adhésion" dans la rubrique "Vie de l'association"
en colonne de gauche de la page d'accueil.

 


 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Doëlan Clohars Environnement (DCE) 15/07/2009 11:01

Merci pour votre proposition d'aide.
Il faudrait que nous communiquions directement par mèl.
De quelle fédération parlez-vous ?
Il faut voir les points communs et différences entre les deux situations : les dunes d'Erdeven et le terrain NDs de Clohars ... dont plusieurs de nos articles présentent les éléments ... avec un complément bientôt sur la réalité du terrain (puisque plusieurs erreurs ou approximations circulent qui empêchent parfois de voir le véritable enjeu de l'affaire). En tous cas, la mobilisation pour l'affaire Abiven s'est accélérée, tant mieux. Mais il faut continuer.
Cordialement. ED pour DCE

Girard 14/07/2009 22:36

demat,

Je suis originaire de quimperlé et j'apprends par un des militants de la fédération du Finistère qu'il y a un projet de bétonnage sur Clohars. Lors du projet Lafarge à Erdeven nous nous été battu avec succès au côté des associations environnementales. Si vous le désirez nous pouvons refaire la même chose

A Galon,

Sébastien Girard
Secrétaire de la fédération d'Ille et Vilaine

Alain Mevel 08/07/2009 10:34

Votre combat est pathétique, plusieurs décisions ont été rendues au nom du peuple français et doivent s’appliquer. Arrêtez de protégez vos privilèges, nous vivons dans une démocratie et certaines règles s’appliquent. Cette arrière garde jusqu’auboutisme n’est pas très valorisant et il serait bien plus judicieux de s’occuper de la ruine du Capitaine COOK et de ses dangers plutôt que d’un parisien qui s’installe dans un quartier déjà largement urbanisé.