Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 23:28

 

 

Libre expression … samedi soir 8 octobre 2011

 

 

Demain dimanche 9 octobre 2011, c'est le 1er tour des Primaires organisées par le Parti Socialiste et le Parti Radical de Gauche, et beaucoup de citoyens "partageant les valeurs de gauche" devraient voter … Les medias en parlent abondamment quelles que soient leurs couleurs politiques ...

 

025r Presse région & nat PRIMAIRES PS

 

Les "Unes" de quelques journaux régionaux et nationaux datées 7 ou 8 octobre 2011 :

Le Télégramme, Ouest-France, Libération et Le Monde

consacrées aux "Primaires citoyennes" des 9 et 16 octobre 2011

 

 

C’est un « espoir » que d’attendre un fort taux de participation … Car ce serait le signe d’une vitalité démocratique, d’une absence de « résignation » face aux nombreuses difficultés de notre époque.

 

Mais un espoir qui irait dans quel(s) sens ?

 

... On s’intéresse particulièrement ici aux orientations politiques des candidats concernant l’environnement et le développement « durable » et « solidaire ».

 

Apparemment, si l'on suit les émissions de radio et de télévision, si on lit la presse régionale et/ou nationale ... autant que faire se peut ... et qu'en plus on dialogue avec son entourage proche ... on voit que les "jeux" (si tant est que le mot convienne ici comme le soulignait dans le 3e débat PS l'une des candidate) ne sont pas encore réellement "faits" ...

 

Qui va "gagner" ce 1er tour ? Et y en aura t-il un 2ème ?

 

Qui peut répondre avec certitude ? Personne apparemment.

 

 

Les sondages sont critiqués ...

 

Certes, il y a les sondages ... mais que valent-ils ? Le doute est de mise pour plusieurs raisons. Trop de soit-disant "instituts de sondage" sont des organismes non totalement "objectifs" qui font aisément fi des critères scientifiques et déontologiques ... pour des raisons qui les regardent !

 

Je me permets de rappeler ici l'exemple donné par l'historien, démographe et politologue Emmanuel Todd lors du "Café Littéraire" organisé le 15 juillet 2011 dans notre commune, au "Steir Laïta" du Bas-Pouldu, sous la houlette du conseiller municipal Claude Couderc :

 

E. Todd y a raconté en toute liberté son expérience vécue d'organisation d'un sondage sur l'acceptation ou non par les Français du concept de "protectionnisme européen" ... et les astuces que lui et son équipe ont dû employer pour "faire passer" les questions auxquelles  ils tenaient absolument mais qui "dérangeaient" l'institut de sondage très connu sollicité !

 

Le blog du PS de Clohars-Carnoët lui-même faisait état du scepticisme des Français quant aux sondages ... et prenait vivement parti contre eux dans un article du 2 septembre 2011  intitulé "Question : Piège à cons ? 1 Election 2 Sondage bidon" (cliquer ICI).

 

 

Et pourtant on vit dans une "démocratie sondagière"

 

C'est l'avis de Rémi Lefebvre, professeur de science politique de l'Université Lille II et chercheur au CERAPS (Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales) qui a écrit dans le journal Le Monde daté du 27 septembre 2011 un article résumé par ce "chapeau" :

 

"On aurait pu penser que les primaires auraient eu pour effet de limiter l'influence des sondages sur le processus électoral. Mais il n 'en est rien !".

 

En effet, après un rappel des élections de 1981 (présidentielle), 1995 (secrétariat du PS) puis 2007 (présidentielle) qui ont vu "apparaître, au fur et à mesure, un glissement vers l’affirmation des logiques d’opinions à la place d’une maîtrise par le parti et des logiques d’appareil", l'auteur considère qu'on est désormais dans une « démocratie sondagière » en ce sens que la campagne est principalement abordée sous l’angle des « favoris », des vainqueurs potentiels, du candidat « le mieux placé » … en dépit des limites méthodologiques de tels classements …

 

015r Article R Lefebvre Le Monde 27609-11

 

Article de Rémi Lefebvre dans le journal Le Monde daté du 27-09-11 page 22

 

Pour accéder à l'article complet en version numérique,

cliquer ICI

 

 

 

Extraits :

 

(…) la sensibilité croissante des socialistes aux enquêtes d'opinion et la perte d'autonomie du parti à l'égard des logiques médiatiques ont aussi fortement contribué à légitimer cette nouvelle procédure. En adoptant les primaires, les socialistes ont cédé aux injonctions médiatiques à la transparence et à l'ouverture. Journalistes et sondeurs sont globalement favorables à une procédure qui personnalise et dramatise la compétition politique.

Les logiques d'opinion pesaient certes déjà sur la désignation du candidat lorsque les primaires étaient fermées mais, en ouvrant le processus de sélection présidentielle, les socialistes tendent à les renforcer ( …).

 

La vie politique est devenue un feuilleton médiatique, arbitré par les sondages, où priment dans le commentaire journalistique les ambitions présidentielles, les petites phrases et la déconstruction des stratégies de communication. Dans le discours médiatique, le jeu, entendu comme la dimension concurrentielle de la compétition entre personnalités, tend à prévaloir s ur les enjeux, c'est-à-dire la confrontation de visions du monde, d'idées, de programmes (…).

 

Les primaires confortent une conception de la politique entendue comme "course de chevaux" (les sociologues anglo-saxons des médias parlent de "horse race journalism"). La campagne est ainsi depuis des mois principalement abordée sous l'angle des "favoris", des vainqueurs potentiels, du candidat "le mieux placé". L'attention médiatique est largement focalisée sur le scoring des candidats dans les sondages, omniprésents alors même que leurs limites méthodologiques sont flagrantes.

 

Trente-cinq sondages ont été spécifiquement consacrés aux primaires entre le 31 mars 2009 et le 22 septembre 2011 (chiffres de l'Observatoire des sondages). Avec les primaires, la question de l'élection tend ainsi un peu plus encore à n'être a bordée que sous l'angle du vainqueur potentiel et des vaincus et de leurs performances respectives dans les enquêtes d'opinion. Le choix des dirigeants socialistes de ne pas mltiplier l es débats contradictoires entre les candidats, voire de les escamoter, r enforce ce phénomène.


Les primaires contraignent les acteurs politiques à se situer d e plus en plus par rapport à "l'opinion publique". L'ouverture du mode de désignation renforce la légitimité des stratégies d'appel à l'opinion et d'influence sur ceux qui contribuent à la modeler et  à la fabriquer ( journalistes, commentateurs, instituts de sondages...).


Parce que, à travers les sondages, journalistes et acteurs politiques revendiquent un pouvoir p rophétique sur l'issue de la compétition électorale, celui que les enquêtes d'opinion créditent des meilleures chances de l'emporter jo uit d'une forte légitimité. Dominique Strauss-Kahn a largement profité de ce phénomène jusqu'en mai. Sur la foi des sondages, l'hypothétique candidature du directeur du Fonds monétaire international s'était alors imposée dans l'espace médiatique, produite par la presse et confortée par les commentateurs politiques de manière circulaire.


La promotion de sa candidature à l'intérieur du parti, fondée sur sa capacité à remporter l' élection, authentifiée par les sondages, cherchait à produire u n effet dissuasif sur les autres candidats. Le "pacte" passé avec Martine Aubry était fondé sur l'idée que le candidat le "mieux placé", implicitement dans les sondages, devrait se présenter.  Les primaires devaient alors ratifier l eur verdict.


Le même phénomène bénéficie aujourd'hui, dans une moindre mesure, à François Hollande.  La logique médiatico-sondagière conforte un nouveau "meilleur" candidat. C'est sur la base des sondages que François Hollande est consacré comme le favori des primaires. Les commentaires incessants sur la "course en tête" du candidat contribuent d'autant plus à le légitimer q ue la gauche a perdu les trois dernières élections présidentielles et qu'une nouvelle défaite apparaît "impossible".


Les enquêtes d'opinion ont des effets démobilisateurs sur les soutiens de Martine Aubry  (les élus locaux notamment), qui peuvent anticiper,  sur la base des enquêtes d'opinion, une défaite de leur candidate et sont incités à ne pas être  trop identifiés à elle.


Se mettre  dans le sillage de celui dont on prévoit la victoire, sur la base des sondages, devient une stratégie naturelle dans un parti professionnalisé où les enjeux de pouvoir  ont acquis une dimension centrale. Si l'on peut douter  de leur qualité et s'ils sont rituellement présentés comme non prédictifs du résultat final (la "photographie" à l'instant "T"), les sondages produisent ainsi des effets qui sont bien réels sur le jeu politique et médiatique (…).

 

(…) Les prochains débats entre les six candidats peuvent être  l'occasion de défaire  les pronostics des sondages. On peut néanmoins penser qu'ils exerceront des effets autoréalisateurs sur une partie des électeurs de la primaire, tentés de se porter sur le "meilleur" candidat. La tentation est forte de "sécuriser" la victoire sur la base des informations produites par les sondages, fussent-elles de piètre qualité. »

 

 

 

... Mais qu'en est-il de l'intérêt des candidats pour l'environnement

et le développement  durable ?

 

On peut en avoir une idée en recherchant par exemple l'existence et la taille  de mots-clefs associés à "environnement" et "développement durable" au sein de chacun des  six "nuages de mots" des infographies établies par le journal Le Télégramme daté du 03-10-11 pour les six candidats, sur la base de leur texte officiel de déclaration de candidature ...  

 

009 infographie M Aubry

 

014 Infographie JM Baylet

 

010 Infographie F Hollande

 

012 Infographie A Montebourg

 

011 Infographie S Royal

 

013 Infographie M Valls 

 

  Les six infographies présentées par le journal Le Télégramme

dans l'article du 3 octobre 2011 :

"Primaire socialiste. Les candidats et leurs programmes en infographie"

Accès à cet article en cliquant ICI.

 

 

 

Naturellement, après la déclaration initiale, les propos des uns et des autres ont pu évoluer et s'affiner à l'occasion des trois débats officiels plus tous les échanges lors des émissions avec les journalistes et dans les rencontres avec les citoyens sur le terrain ...

 

Pour en avoir une idée, on peut consulter notamment les vidéos proposées par :

 

- l'hebomadaire Le Nouvel Observateur en cliquant ICI;

- la radio France Inter ("matinales spéciales Primaires socialistes") en cliquant sur les noms des candidats (en bleu) :

 

Martine Aubry   le 07/10/11

 

 Jean-Michel Baylet  le 07/10/11


François Hollande  le 06/10/11


Arnaud Montebourg  le 06/10/11 (Toute la journée)

 

Ségolène Royal  le 07/10/11

 

Manuel Valls   le 06/10/11


 

 

Mais il reste peu de temps ...

 

Bon vote demain ... et la semaine suivante : 9 et 16 octobre 2011 !

 

 

En pratique :

 

Si vous votez à Clohars-Carnoët,

pour les 9 et 16 octobre 2011, entre 9 h et 19 h, le bureau de vote est situé :

 

Salle 4 Maison des Associations Saint-Jacques à Clohars-Carnoët

 

Modalités de participation aux Primaires :

 

-       Etre inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010,

-       S’acquitter d’une participation aux frais d’organisation de 1 € minimum pour les deux tours,

-       Avoir une pièce d’identité,

-       Signer une charte d’adhésion aux valeurs de la gauche : « Je me reconnais dans les valeurs de la Gauche et de la République, dans le projet d’une société de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité, de justice et de progrès solidaire. »

 

Les candidats sont :

 

-       Martine AUBRY

-       Jean-Michel BAYLET

-       François HOLLANDE

-       Arnaud MONTEBOURG

-       Ségolène ROYAL

-       Manuel VALLS

 

Pour plus d’informations : www.lesprimairescitoyennes.fr ou www.ps29.fr .

 

 

Pour les autres communes du Pays de Concarneau - Quimperlé (8e circonscription)

voir les détails pratiques en cliquant ICI.

 

 

 

 

Evelyne Dumont

 

_____ o _____

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

doc zaïus 09/10/2011 16:59


Bonjour,
La primaire socialiste est une première dans la vie politique française. Il paraît que les autres partis ont « intérêt » à faire de même.
D’abord parce que quelqu’un vient de le faire, il faut donc faire de même sous peine de se ringardiser….On appelle cela le panurgisme.
Et puis, les américains le font déjà depuis longtemps, alors n’est-ce pas on ne va pas se singulariser .
Se singulariser, le mot tabou est lâché. Je l’ai fait, donc si vous ne m’imitez pas, vous n’êtes pas un démocrate…
C’est le «t’es pas cap »  des cours de récréation…
C’est le suivisme des sondages, surfer sur la vague, faire comme tout le monde, être dans le vent, suivre la mode, adhérer au « vu à la télé »…
Selon leur sensibilité, les futurs électeurs voient dans les primaires différents messages:
Ce parti ne dispose d’aucun leader charismatique, il n’a que des prétendants dont aucun n’a été capable de faire l’unanimité sur son nom, comment l’élu pourra-t-il prétendre réunir la Nation autour
d’un projet commun au-delà des clivages politiques ?
Ou bien:
Ce parti fait une démonstration de démocratie, il écarte d’emblée le choix d’un leader charismatique qui, une fois élu, serait incontrôlable, au profit d’un représentant élu parmi des
individualités représentatives de courants différents plutôt sur la forme que sur le fond.
Il y a donc à boire et à manger…
Ces primaires auront eu au moins le mérite de couper court à toute guerre des chefs durant la « vraie » campagne présidentielle. Car, avec six prétendants ( sans compter ceux qui n’ont
pas été cooptés) nous aurions eu droit à une belle empoignade. Au lieu de ce pugilat interne, le parti présentera dès Novembre 2011 un ( ou une ) candidat( e ) unique qui aura tout loisir de
peaufiner son programme et d’affuter ses arguments, voire préparer des alliances, ce qui est plus pertinent que de perdre son énergie en querelles de gaulois.
De ce point de vue là, la droite serait bien inspirée de faire de même…


Bernard Vignes 09/10/2011 08:16


Interessants ces nuages de points. On y voit que les préoccupations sur le développement durable ou l'écologie ne sont pas franchement majeures

On remarque :

En assez gros le mot Energies chez Valls
En petit le mot Ecologique chez Montebourg
En petit les mots Ecologique et Energie chez Royal
En petit le mot Ecologique et en un peu plus gros le mot Energie chez Hollande
En petit les mots Planéte et Solidarité chez Baylet
En petit le mot Ecologique chez Aubry

A rapprocher avec le discours d'Aubry à la fête de la Rose.
Sur un discours de plus d'une heure elle a, montre en main, parlé d'Ecologie, ...20 secoondes