Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 19:06

 

Mots-clefs :

Sécurité maritime / Cargo « TK Bremen » / Tempête « Joachim » / Plage Kerminihy d’Erdeven en Morbihan / Cargo « Erika » / UDB / EELV / Association Robin des Bois / Jean-Yves Le Drian

   

021r 1ère images démolition 0mn53

La vidéo "1ères images de la démolition du TK Bremen à Erdeven"

du 07-01-12 de David Cormier

vue sur le site du journal Le Télégramme le 08-01-12


(Voir agrandissement et détails plus bas)

 

  

Deux mots du titre sont forts : « atroce » et « honte ».

 

Réaction « exagérée » ? Il ne me semble pas.

 

Pour la honte d’abord : il suffit d’écouter attentivement autour de nous ou de lire les commentaires d’internautes sur les sites des médias … le mot étant souvent associé aussi à celui de « colère », particulièrement en Bretagne, qu’il s’agisse des militants de partis tels que par exemple ceux de l’UDB et EELV ou de l’Association Robin des Bois, de citoyens « lambda », ou d’élus (voir en bas d'article :  "Pour en savoir plus").

 

 

 « TK Bremen » après « Erika » et d’autres …

 

Pour l’adjectif « atroce(s) », c’est ma réaction personnelle – assumée - face aux  images des dernières vidéos du cargo que j’ai découvertes ce matin grâce au lien donné par la « newsletter » du journal « Le Télégramme » … « atroce(s) » mais aussi « utile(s) », bien sûr... car on "dépèce" le bateau - et qui aime les bateaux en souffre - mais on voit aussi comment les entreprises s'organisent dans cette course de vitesse.

    

Jusqu’ici je n’avais pas évoqué cette lamentable - et honteuse - histoire de cargo maltais appelé « TK Bremen » échoué sur la plage Kerminihy d’Erdeven lors de la tempête « Joachim » des 15-16 décembre 2011. Elle m’avait trop émue 12 ans après la catastrophe de l’Erika … juste l’année où je suis arrivée à Doëlan, je m’en souviens très bien !  En effet, comment était-ce possible, après ce dramatique évènement  qui avait tellement marqué les esprits - et la vie de certains, que cela RECOMMENCE ?

 

Rappel : l’Erika s’est cassé en deux en pleine tempête le 16 décembre 1999 à la Pointe de Penmarch et, les jours qui ont suivi, une grande marée noire s’est répandue le long des côtes causant des dégâts considérables pour l’environnement, les animaux (à commencer par les oiseaux mazoutés) et les personnes (dont les ostréiculteurs, pêcheurs, pêcheurs à pieds ...).

 

On peut retrouver des éléments historiques et critiques sur le site "www.sextant" qui fournit entre autres un lien à l’article du journaliste du "Monde" François Grosrichard du 16/12/1999 : « TOUS RESPONSABLES, TOUS COUPABLES »   (voir dans "Pour en savoir plus").

 

On avait bien dit « plus jamais ça ! » … mais on le dit pour tant de choses qui cependant se répètent (cf. l'actualité trop souvent dramatique de certains faits-divers).

 

Et pourquoi donc cela a « recommencé » avec le « TK Bremen » ?

 

Parce que « l’argent guide le monde » et donc que tout capitaine de cargo ne doit pas  s'attarder  dans un port  puisque « le temps c’est de l’argent »? (mais n’y a-t-il pas à distinguer entre temps et temps, chronologique et météorologique !) … Ou par incompétence et/ou négligence de l’ensemble de l’équipage qui est finalement allé mouiller sous l’Ile de Groix  et a dérivé dans la nuit jusqu’à atteindre Erdeven, on se demande pourquoi et comment ? …

 

J’ignore où en est l’enquête mais ce qui est sûr c’est qu’il faut absolument renforcer la réglementation pour un réel contrôle des risques car cet accident est INADMISSIBLE. 


Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional

Le Président de Région Jean-Yves Le Drian n’a pas dit autre chose dès le 16 décembre 2011 comme l'indique l'un des communiqués publiés sur le site de la Région Bretagne :

 

004R Site Région Bretagne

 

Le site de la Région Bretagne

 

Cliquer ICI

  Extraits :


"(...) Pour autant, nous ne pouvons cependant que nous interroger : pourquoi et dans quelles conditions ce navire s’est t’il senti autorisé à quitter le port de Lorient, malgré le risque annoncé d’une météo plus que défavorable. Une enquête judiciaire a été diligentée, je souhaite qu'elle aboutisse rapidement à des clarifications indispensables. Encore une fois, la Bretagne paye l’insouciance et l’irresponsabilité et je ne peux que me révolter. 

 

Suite au naufrage de l’Erika, en tant que rapporteur de la commission d’enquête, il avait été prévu des propositions permettant aux autorités portuaires des Etats d’interdire la sortie d’un bateau en cas de risque majeur. Malheureusement, cette proposition n’a pas été reprise par la directive européenne qui se limite aujourd’hui en une incitation forte. Il faut passer désormais a l’obligation".

 

(Source : le texte "Sécurité maritime - Encore une fois, la Bretagne paye l'insouciance et l'irresponsabilité", publié su rle site "www.bretagne.fr" - Cliquer ICI).

 

 Et il a aussi demandé concrètement au Premier Ministre "un remorqueur dans le Golfe de Gascogne" comme l'indique cet autre communiqué de presse du 22/12/11 :

 

" Depuis l’été dernier et le départ de l’Abeille Languedoc du port de la Rochelle, le Golfe de Gascogne, qui abrite pourtant trois grands ports maritimes et plusieurs ports d’intérêt national, est désormais dépourvu de moyens de remorquage. Une situation qui ne doit pas perdurer.

 

Dans un courrier adressé au Premier Ministre, François Fillon, Jean-Yves Le Drian lui demande de « remédier à cette lacune » après l’accident survenu au cargo maltais sur la côté morbihannaise.
 
Le Président de la Région Bretagne lui demande « qu’au plus vite, un remorqueur de haute mer soit stationné dans le Golfe de Gascogne de manière à porter assistance dans les meilleurs délais aux navires en difficulté. »
 
Suite à l’accident de l’Erika en 1999, la commission d’enquête parlementaire dont Jean-Yves Le Drian était le rapporteur préconisait déjà la présence de 3 remorqueurs de haute mer sur la façade atlantique française, et avait proposé de généraliser dans l’Union européenne le droit pour un capitaine de port d’interdire à un navire de quitter le port notamment en cas de risque météorologique.
 
Pour Jean-Yves Le Drian, « l’Abeille Bourbon, positionnée à Brest et principalement assignée au dispositif de séparation du trafic d’Ouessant, ne peut pas à la fois veiller sur la pointe de la Bretagne, zone accidentogène majeure, et sur l’ensemble du Golfe de Gascogne. Elle doit être secondée dans ses missions par un nouveau remorqueur de haute mer ».
 
Il demande donc au Premier ministre de prendre « les dispositions nécessaires pour remédier au plus vite à cette lacune dans notre dispositif de sécurité en mer ».

 

 

Images-vidéos de la déconstruction du « TK Bremen »


On donne ici un aperçu d'images-vidéos du « Télégramme » accompagnant l’article du 8 Janvier 2011 intitulé «TK Bremen. Déchiré à petits coups, comme du carton-pâte ! ».

 

Des images dites « atroces » … mais décidément sans excès de langage puisque j’ai découvert, en revenant à l'un des texte des journalistes – Benoit Siohan (avec Jean-Yves Collin) – qu’ils avertissaient ainsi leurs lecteurs :


«  Le découpage du cargo TK Bremen a redémarré hier matin, sur la plage d'Erdeven (56) où le cargo maltais s'est échoué, le 16 décembre dernier. Le chantier est impressionnant.

 

    Les images sont en ligne sur le site internet du Télégramme depuis hier midi.

 

   Attention, elles ne sont pas à montrer à tous les publics. Les enfants peuvent regarder, certes. Mais peut-être pas les fiers marins habitués à défier les tempêtes sur toutes les mers du Globe sur des tonnes d'acier. On y voit, en effet, que la coque d'un cargo peut se découper et se déchirer à petits coups de dents comme un vulgaire morceau de carton-pâte ».

 

Ils parlent même de « film d’horreur » quand les opérations ont commencé samedi matin …

 

En effet, c’est très impressionnant … mais aussi instructif quant à l’organisation des travaux menés « tambour battant » semble t-il, à la fois par l’entreprise néerlandaise « Euro Démolition » et ses « découpeurs » et par des entreprises bretonnes pour l’évacuation des déchets et la remise en état du site (voir les détails dans l’article en cliquant ICI).


 

021r 1ère images démolition 0mn53

 

035r 1ère images 0mn53s

 

Deux vues de la vidéo "Cargo échoué. Premières images de la démolition" (0' 53'')

réalisée par David Cormier pour "Le Télégramme" (en ligne le 07-01-12 à 12h49)

 

Accès en cliquant ICI

 

Autre vidéo :

 

004r Télégramme Cargo 07-01-12à15h56

 

Vidéo de D. Cormier "Erdeven (56). La grue dépèce le TK Bremen"(2' 11"")

en ligne sur le site du Télégramme le 07-01-12 à 15h56 ...

 

Accès en cliquant ICI

 

  Et encore plusieurs autres ...

 

006r 6 vidéos du Télégramme

 

Accès à la série de vidéos en cliquant ICI (voir sous la 1ère photo)

 

 

Point positif : les entreprises sur place vont très vite. Merci à eux.

 

     

En conclusion …

 

 

Oui, l'affaire du "TK Bremen" est "INADMISSIBLE".

 

Et qu'on ne vienne pas répéter "comme un perroquet" que "le risque zéro n'existe pas". Gouverner c'est comme "skipper" un bateau : c'est PREVOIR AU MAXIMUM les évènements dans l'intérêt général.

 

On se demande vraiment pourquoi les « recommandations » d’après l’Erika n’ont pas été plus draconiennes …

 

Cela me fait penser au problème nucléaire … On fait « comme si » l’accident n’allait pas, ou n'allait plus, se produire … Et après, les populations subissent (voir celles du Japon ... qu'on est en train d'oublier).

 

Les dépôts de plaintes et procès divers, c’est bien … mais il est trop tard.

 

D'où la vigilance que nous devrons tous avoir, comme citoyen-ne-s : s'assurer que  les candidats à la présidentielle 2012 s’engagent sérieusement à agir en ces domaines très sensibles, parmi d’autres : les pollutions maritimes et les énergies « soutenables » de l’avenir, nationalement et au niveau européen.

 

  

Pour en savoir plus :

 

1) L'UDB à Erdeven : article du journal Le Télégramme (cliquer ICI)

 

065 UDB Erdeven & Joly

 

2) Le site de l'Association "Robin des Bois" et le cargo échoué (cliquer ICI)

 

069r Robin des Bois TK Bremen

 

3) L'article "Cargo échoué. Ostréiculteurs et pêcheurs demandent des comptes" publié dans Ouest-France le 27-12-11 - Cliquer ICI.

 

4) Le site "Sextant.com" qui affiche des articles d'archives sur le naufrage de l'Erika en 1999 (cliquer ICI)

 

067r site Sextan

 

5) L'article de François Grosrichard dans "Le Monde" daté 16-12-99 (cliquer ICI)


 068r Fr Grosrichard Le Monde

 

 

Evelyne Dumont

 

_____ o _____

 


Partager cet article

Repost0

commentaires

doc zaïus 09/01/2012 12:12

Bonjour,
Le TK Bremen était une épave flottante qui aurait dû être retirée du trafic depuis longtemps.
Depuis sa mise en service en 1982 il a subi les visites obligatoires qui ont révélé de nombreux défauts affectant la sécurité, la stabilité, la navigation, et même les mouillages !!! Défauts qui
n’ont jamais été corrigés.
Aucune autorité portuaire ne pouvait ignorer cette situation, les documents d’inspection sont disponibles sur internet.
Les autorités françaises ont donc sciemment laissé cette épave prendre la mer dans les conditions que l’on sait.
Une épave hors d’âge, des moteurs à bout de souffle incapables de tenir au vent, des mouillages défectueux incapables de tenir le navire , une coque à vide offrant une grande prise au vent, la
catastrophe était prévisible pour qui possédait ces informations.
Ce n’est pas le capitaine du navire qu’il faut mettre en prison, mais le préfet maritime qui a cautionné cette affaire.
Rien d’autre à dire sur ce triste évènement, qui confirme une fois de plus la gabegie qui règne dans l’administration où l’on est plus prompt à ouvrir un parapluie qu’à prendre ses responsabilité
en professionnel de la mer.