Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 19:22

 

 

Culture / Loisirs

 

 

Hier vendredi 18 Juin 2010, ce fut une inauguration particulièrement chargée d’émotion pour le 6ème Festival du Livre Jeunesse Rêves d’Océans de Doëlan.

Le public et les personnalités politiques officielles étaient arrivés aux alentours de 19 H comme prévu …

 

Le Président de l’Association Rêves d’Océans, Serge Hugot, s’est assuré de la présence de la très efficace Chargée de presse du Festival, Isabelle Leize - qui revenait de Rennes - pour commencer son discours.

 

018 R Suite alloc SH émotion et 3 politiques

 

018 R Suite alloc SH émotion et 3 politiques

 

Inauguration du 6ème Festival "Rêves d'Océans"

à Doëlan le 18 Juin 2010

De la gauche vers la droite :

MM. Serge Hugot, Nicolas Morvan, Jacques Juloux et Michael Quernez


 

D’abord des mots « présidentiels » de bienvenue à tous puis, rapidement, un accent mis sur les soucis de cette année avec les réductions très conséquentes de subventions inhérentes à la situation économique générale du pays …

 

Au fur et à mesure la voix s’est tendue en décrivant les efforts faits pour assurer cette 6ème édition et surtout l’inquiétude pour l’avenir de la 7ème édition …


 

019 suite alloc SH

 

 

021 Public écoute

 

Inauguration du Festival "Rêves d'Océans" 2010

sur le Quai Sancéo, rive droite de Doëlan


 

Serge Hugot a repris des éléments d’un éditorial du journal Ouest-France paru le 18 Avril 2010 sous la plume de M. Hervé Bertho et intitulé « C’est Mozart qu’on assassine ! » à propos du « démantèlement actuel de la culture ».

… Nous n’avons pas tout noté, mais c’est en correspondance avec le texte qu’il a fait afficher sur le site « Rêves d’Océans » en page « Actualités » … que nous nous permettons de reproduire ci-après :

 

« Partant du noir constat : « Un vent mauvais souffle ces jours-ci sur les affaires culturelles. Les caisses se vident. L’Etat se désengage et les collectivités locales coupent le robinet. La culture en fait les frais car elle n’est pas prioritaire », l’éditorialiste démontre que « la société a besoin de cultures générales pour irriguer son quotidien à tous les niveaux ». La phrase « ce sont les festivals de tous les arts qui favorisent les rencontres entre les hommes de bonne volonté et nourrissent la paix sociale… Et c’est là que se noue notre identité », a fait briller les yeux de toute l’équipe du Festival… Et Hervé Bertho nous offre encore cette brillante conclusion : « Si les pouvoirs publics privent aujourd’hui les affaires culturelles de leurs fonds, c’est la société qui s’asphyxie, c’est Mozart qu’on assassine en chaque enfant… la culture n’est pas un accessoire pour faire joli. Elle n’est ni de droite, ni de gauche. C’est l’air que nous respirons ».

 

… complété par :



« Si cet article nous a tant touchés, c’est que nous sommes directement concernés. En effet, le département, la DRAC, le conseil régional nous attribuent des subventions. Or, le département a d’ores et déjà réduit sa subvention pour cette année, la SNCF, qui assurait le transport des auteurs, nous a laissé tomber, le conseil régional, la DRAC, la COCOPAQ, nous soutiennent encore… mais pour combien de temps ? A cause de ces baisses et de ces abandons, l’édition 2010 du Festival sera déficitaire, ce qui empêche les organisateurs de dormir… Comment prôner la lecture pour tous et le bonheur du partage, en n’étant pas responsables financièrement ? Depuis la genèse du Festival, nous avons toujours veillé à présenter une gestion saine… c’est la moindre des choses. De lourdes incertitudes pèsent alors sur la prochaine édition… Il nous est impossible de continuer dans ces conditions. Toute l’équipe du Festival est en train de se battre pour collecter des fonds privés, avec le risque de perdre un peu de notre liberté… Nous avons réussi à créer un bel événement, qui rayonne chaque année davantage, qui distribue du bonheur et de la lecture pour chacun… Comment faire pour continuer ? Nous sommes en train de réfléchir à tous les moyens possibles pour sauver le Festival, nous allons nous battre, encore et toujours, mais nous avons besoin de vous… ».

 


Le Président Hugot, très applaudi, a alors passé la parole à la Vice-Présidente de Rêves d’Océans, Françoise Grimaud … qui s’est efforcée de redonner le sourire à tous en enchaînant avec des souvenirs d’enfance des premières lectures marquantes … et en détaillant les réalisations de l’actuel Festival Rêves d’Océans. Elle a aussi a lancé un appel au soutien en invitant le public à se rendre dès demain au stand « Festival en danger ».


(voir dans le prochain article sur ce blog consacré à la 1ère journée du Festival du 20 juin le stand "Festival en danger" … ou allez d’ores et déjà sur la page du site de Rêves d’Océans présentant l’opération « Festival en danger » en cliquant ICI).

 

029 SH très ému laisse la place à Fr G 

  Inauguration du Festival "Rêves d'Océans" 2010 à Doëlan

De gauche à droite : Serge Hugot, Françoise Grimaud, Nicolas Morvan et Jacques Juloux


   

 

035 rires F G et autres
   Mme Françoise Grimaud questionne les élus sur leurs souvenirs d'enfants lecteurs ...


 

Puis est venu le moment de s’exprimer pour les élus locaux qui avaient répondu à l’invitation de Rêves d’Océans : Michael Quernez, Vice-Président du Conseil Général du Finistère, Nicolas Morvan, Président de la Communauté de Communes du Pays de Quimperlé (COCOPAQ), Conseiller régional et Maire de Moëlan-sur-Mer,  et bien sûr Jacques Juloux Maire de Clohars-Carnoët et Président de la Commission Culture et Animation de la COCOPAQ … M. Le Drian (Président de la Région Bretagne) étant excusé.

 

Bien sûr, le ton était plus « distancié » mais des paroles de soutien ont été dites de façon appuyée …

 

Nous n’avons pu noter que quelques mots au passage tels que (sous réserve) :

 

de M. Quernez (accompagné de sa petite fille qui a participé avec son école à certaines des créations présentées sous chapiteaux)  : « Hélas le Conseil Général a dû diminuer sa subvention de 8 000 à 6 000 euros … J’ai tenu à vous en prévenir assez tôt pour votre organisation (…). La Cocopaq est votre 1er partenaire mais le Conseil Général en est un autre (…). Votre Festival Rêves d’Océans a sa vocation d’être, comme pour le Festival Livre et Mer de Concarneau (…). Oui, la part de « rêves » est nécessaire et essentielle (…) La littérature fait grandir (…). Merci aux bénévoles ».


 

045 MQ dit son regret de la baisse de sub CG     049 MIEUX SH écoute MQ

 

M. Michael Quernez le 18 Juin 2010 ... particulièrement écouté par Serge Hugot


 

de M. Juloux : « A l’origine, nous avons tous eu ce désir de Doëlan comme lieu du Festival (…). C’est un joyau de la politique culturelle (…). Cela a particulièrement du sens « politique » et « éthique » en étant porté par des militants, sans parti pris commercial (…). Les relations entre les professionnels du livre et les enfants sont essentielles (…) ». Puis des mots « lyriques » sur les découvertes que permet l’acte de lire … Enfin, l’affirmation que « Le Maire de Clohars-Carnoët a bien entendu le message et l’émotion de Serge … Gauche ou Droite il ne faut pas abandonner ce Festival … Nous, nous avons un projet de médiathèque pour que Clohars-Carnoët soit une commune vivante … (…) » et l’allusion à un « bouclage ce jour de la boucle du processus » (culturel) …

 

053 JJ envolée lyrique

 

M. Jacques Juloux le 18 Juin 2010 à Doëlan

 

de M. Morvan : l’assurance que « la situation est comprise » et que « Serge Hugot et son équipe peuvent compter sur le soutien de la COCOPAQ » …

 

  054 RR N M parle     055 NM s'adresse à SH


 M. Nicolas Morvan au micro le 18 Juin 2010 à Doëlan

 

 

 

(Remarque : toutes erreurs ou omissions significatives concernant les propos rapportés

ci-dessus qui seraient signalées seront volontiers corrigées aussitôt)

 

Mise à jour/Compléments :

- le 22-06-10 à 00H54 : Reprise du commentaire n° 1 ci-dessous d'une lectrice du blog :

  "Je crois avoir entendu le Pt du festival dire que les réductions très conséquentes de subventions sont inhérentes, dans un contexte de crise, au transfert de charges, notament dans le domaine social, de l'Etat au Conseil général, sans les finances pour les accompagner, ce qui explique la baisse de subvention du C.G. pour les manifestations culturelles"

 

   

Serge Hugot a repris le micro pour convier toutes les personnes présentes à un buffet-apéritif … qui a été très apprécié. Une façon conviviale de retrouver le moral !

 

 

093 Public buffet

 

098 R MIEUX public buffet et phare

 

099 VOIR Public buffet et phare etc

 

106 R Public-Buffet

 

Le buffet qui a suivi les discours d'inauguration du 6ème Festival "Rêves d'Océans" 2010 à Doëlan


(photos ed)


 

Renseignement pris … et on s’autorise à l’écrire ici : les jolis et délicieux toasts salés et sucrés sont l’œuvre du charcutier-traiteur cloharsien Guillou-Coisine !

 

Souhaitons à "Rêves d'Océans" un dépassement des obstacles avec un bel avenir pour la prochaine 7ème édition du Festival !

 

Mais en attendant, il reste à vivre la présente 6ème édition …


 

A suivre dans un nouvel article :


1er jour du Festival Rêves d'Océans de Doëlan : déjà le succès !

 

 

   

Evelyne Dumont

 


 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Evelyne Dumont 22/06/2010 01:01


Effectivement, j'avais entendu la référence au social ... mais n'ai pas su le restituer exactement dans l'article.
Alors merci beaucoup pour le commentaire (voir la mise à jour de l'article).
ED


Françoise 21/06/2010 10:03


Je crois avoir entendu le Pt du festival dire que les réductions très conséquentes de subventions sont inhérentes, dans un contexte de crise, au transfert de charges, notament dans le domaine
social, de l'Etat au Conseil général, sans les finances pour les accompagner, ce qui explique la baisse de subvention du C.G. pour les manifestations culturelles.