Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 08:00

 

Agriculture / Alimentation / Environnement / Economie mondialisée

 


Cet article est le 1er d'une série qui devrait en compter trois ...


 

C’était en fin de journée, jeudi 17 février. Retour de voyage depuis l’Est vers la Bretagne …

 

Achat rapide d’un journal pour les dernières nouvelles à lire dans le train … Il s’agissait du « Monde ».

 

Arrivée presque à la fin, en page 23 « Le monde et vous », je découvre une curieuse photo d’homme qui pointe sur sa tempe un épi de maïs, et un petit texte indiquant que « France Nature Environnement » (F.N.E.) a lancé le 15 février et jusqu’au 21 une campagne d’affiches dans le métro parisien … une campagne « qui fâche » au point que l’afficheur (la régie publicitaire de la RATP "Métrobus") en aurait déjà retiré la moitié …

 

Ah bon, pourquoi ? Cette grande fédération citoyenne de 3 000 associations a « pignon sur rue » avec une réputation de grand sérieux qui en a d’ailleurs fait l’un des interlocuteurs du « Grenelle de l’environnement » …

 

Dans la suite j’apprends « qu’avant l’ouverture du 48e Salon de l’Agriculture, F.N.E. veut alerter l’opinion sur les risques que fait courir le manque d’information sur notre environnement alimentaire et sur les conséquences de l’agriculture intensive … et a choisi pour cela une pédagogie très directe dénonçant l’usage des OGM, des nitrates et des pesticides » : au total six affiches dont « l’homme au maïs » mais aussi un enfant en brassière qui patauge dans des algues toxiques, une tête de mort dessinée par une multitude d’abeilles, etc. etc.

 

 

Quelles affiches F.N.E. dans le métro parisien ?

 

Je file prendre le métro pour la correspondance de gare à gare en me promettant d’être attentive à chaque station pour voir les affiches encore programmées … Déception : rien du tout aux nombreux arrêts de la ligne 4 … sauf en arrivant à destination, Gare Montparnasse. Là j’en vois une, puis deux autres … aussitôt photographiées évidemment !

   

040 rr Affiche OGM FNE Métro

 

Affiche FNE au titre "C'EST SANS DANGER"

et au sous-titre "concernant les OGM, on n'a pas encore assez de recul ..."

 

 

048 r 2 affi FNE

 

026 r Abeilles-Tête mort FNE    025 r Abeilles et logo FNE 

 

Affiche FNE au titre "FIN DU BUZZZZZ"

et au sous-titre "Certains pesticides présentent un danger mortel pour les abeilles"

 

 

 

034 r Affi Gros menteur

 

Affiche FNE au titre "GROS MENTEUR"

et au sous-titre "La loi n'impose pas l'étiquetage des viandes

issues d'animaux nourris aux OGM"


 

Trois des affiches de la campagne de France Nature Environnement

vues à la station de métro Gare Montparnasse jeudi 17 février 2011

 

(photos ed)

 

 

Evidemment aussi, je pense à écrire un petit article pour le blog. Et pour cela, je cherche  en sortant du métro, près du parvis de la gare, au moins un autobus qui porterait aussi une des affiches FNE « non censurée ». En vain car c’est plutôt l’affiche du 48e  Salon de l’Agriculture qui a les honneurs des panneaux publicitaires des véhicules RATP.

 

063 r 2 BUS

 

Affiches publicitaires pour le 48e Salon de l'Agriculture de Paris

sur des autobus près de la Gare Montparnasse le 17-02-11

 

(photo ed)

 

 

Mais je ne suis pas au bout de mes surprises …

 

 

La vive réaction du Président de la Région Bretagne Jean-Yves Le Drian

 

Dans la Gare Montparnasse, je vais acheter « Ouest-France - Finistère Sud » du jour … A priori sans  l’accompagner du Télégramme puisque l’édition « Quimperlé » n’est plus distribuée à Paris-Montparnasse depuis 1 ou 2 ans hélas …

 

Sauf qu’apercevant la « Une » des quatre éditions présentes dans le Relay, je découvre une photo pleine page du Président Le Drian et le titre énorme « Affiches chocs : Le Drian attaque »

 

Résultat : j’achète exceptionnellement l’édition de Quimper du Télégramme !

 

Et dans la foulée,  « Libération » puisqu’en le feuilletant je vois aussi qu’il consacre en rubrique « Terre » huit lignes titrées « Offensée, la Bretagne poursuit France Nature Environnement » avec la photo d’une des affiches « Arrêtez vos salades » contre les algues vertes ... ainsi que le n° spécial de Courrier International « 100 % agricole - Un tour du monde paysan», qui est clairement en plein dans le sujet : l'agriculture mondalisée ...

 

J’épluche aussi un « 20 minutes – Edition de Paris » saisi dans les porte-journaux gratuits … qui publie la photo de FNE sur les OGM avec un article petit mais dense en informations.

 

En bref, je m’aperçois vite que le sujet ne sera pas simple à traiter, la polémique semblant aller bon train …

 

001 r Télégramme Une Le Drian     002 r suite Télégramme FNE

 

Photos du Président Le Drian en "Une" du Télégramme daté 17-02-11

et de la pleine page 3 consacrée aux affiches de France Nature Environnement

 

 

011 r LIBERATION 17-02-11 p 19     004 20 mn 17-02-11 FNE

 

Photos des articles parus le 17-02-11 dans "Libération" et "20 minutes - Edition de Paris"

concernant les affiches de France Nature Environnement

 

 

C'est un "buzz" ... et il s'amplifie vendredi 18 février 

 

De retour à la maison tard le soir ce jeudi puis le lendemain, je surfe sur internet et lis quantité de réactions sur les sites des journaux en numérique. J'achète aussi de nouveaux journaux au Bourg de Clohars : l'affaire parait décidément sérieuse, non seulement aux plans économique  et environnemental mais aussi - et c'est bien "naturel" - politique ... encore que le ton soit surprenant.

 

Au plan politique en effet, on voit, notamment : i) que le ministre de l'agriculture Bruno Le Maire crie au "scandale" pour les affiches FNE ... ii) tandis que sa collègue du gouvernement la ministre de l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet aurait au contraire déclaré selon le Nouvel-Observateur : "Je défends le droit d'expression des associations environnementales, je pense que c'est un principe fondateur du Grenelle de l'Environnement" (cf. Article du 19-02-11 - cliquer ICI) ... iii) et, par ailleurs, que le président de notre région Bretagne, M. Jean-Yves Le Drian,  se sent "offensé" par la campagne FNE au point de décider d'attaquer en justice cette fédération.

 

 

 

Au départ du conflit, les 3 acteurs principaux :

FNE, B. Le Maire et J.Y. Le Drian 

 

Dans ce premier article d'introduction, après le récit subjectif de notre découverte de ce qui constitue une nouvelle crise "agriculture et environnement" (à apaiser dans l'intérêt général ?) ... nous reproduisons simplement les communiqués (ou "tribunes") de départ de France Nature Environnement, du ministère de l'Agriculture et du Conseil Régional de Bretagne.

En effet, cela semble indispensable pour les analyses et discussions à venir, sachant qu'ensuite de nombreux autres intervenants ont apporté leurs visions : associations, syndicats,  partis et/ou personnalités politiques, lecteurs-internautes ... en même temps que les 3 acteurs déjà cités complétaient leurs déclarations, le tout devant être pris en compte.

 

      1) Sur le site de France Nature Environnement

"Face au raz de marée de polluants, FNE a décidé de lancer une campagne portant sur trois fléaux majeurs que sont les importations d'OGM, les algues vertes et les pesticides.     

A la veille du Salon de l'Agriculture, France Nature Environnement lance une campagne choc sur les dégâts provoqués par une agriculture intensive peu respectueuse de notre environnement. Pas seulement un coup de poing médiatique, mais aussi l'occasion de proposer des solutions et d'ouvrir un dialogue. 

Notre agriculture est malade. Nous importons des OGM pour alimenter notre bétail alors que nous nous interdisons d'en cultiver et que le consommateur n'en veut pas. Des tonnes de lisier, issues des déjections  des élevages industriels , provoquent, en augmentant le taux de nitrates dans l'eau, des marées d'algues vertes. L'emploi massif de pesticides dangereux contribue au déclin des abeilles et des autres pollinisateurs. La France est le 1er consommateur européen de produits phytosanitaires. 

Nous avons souhaité alerter les Français sur les dégâts provoqués par cette agriculture intensive peu respectueuse de notre environnement. Depuis l'impulsion du Grenelle, la situation se dégrade. Il paraît que " l'environnement, ça commence à bien faire. " Notre rôle est d'alerter l'opinion.

Avec l'agence Mediaprism, nous avons choisi de communiquer de manière plus visible en élaborant ,  une campagne d'affichage aux visuels musclés, sur trois thèmes : les importations d'OGM, les pesticides et les algues vertes.  

 

Nous lançons également une pétition pour l'interdiction des pesticides les plus dangereux et l'application pleine et entière du plan Ecophyto 2018.  Pour la signer, cliquez sur ce lien !

Découvrez les visuels (..)".

(pour voir la suite, cliquer ICI).

 

 

      2) Sur le site du Ministère de l'Agriculture

"Tribune de Bruno Le Maire dans le quotidien Libération : « L’agriculture avec l’environnement »

16/02/2011

L’agriculture avec l’environnement

par Bruno LE MAIRE
Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire

Depuis plusieurs années, les agriculteurs français ont fait le choix de l’environnement. Par nécessité : le coût croissant des engrais, les risques des pesticides sur leur santé et la nature, la pollution des nappes phréatiques font de ce choix le seul raisonnable. Par conviction aussi : les paysans sont les premiers à mettre au point de nouvelles pratiques rotationnelles pour éviter l’épuisement des sols. Les premiers à tester des solutions pour gérer les effluents d’élevage, comme la méthanisation. Les premiers à se convertir au bio, à raison de 15 conversions par jour. Pour les agriculteurs français, l’environnement n’est pas un slogan : c’est leur quotidien. Alors quand je vois France Nature Environnement (FNE) se livrer à des raccourcis inacceptables sur le vieux refrain "agriculteurs = pollueurs", je suis partagé entre colère et indignation. La campagne de FNE est une provocation à quelques jours du salon de l’agriculture. Elle est un scandale : elle oublie la détresse qui a conduit certains agriculteurs au suicide.

Le président de la République et le Gouvernement ont décidé d’accompagner le passage d’une agriculture intensive à une agriculture toujours plus respectueuse de l’environnement. Nous voulons conjuguer agriculture et environnement. Tous les objectifs du Grenelle seront maintenus. Nous continuerons d’apporter notre soutien à la mise aux normes des exploitations. Nous aiderons les élevages extensifs à l’herbe. Nous maintiendrons rigoureusement le même niveau d’aide au bio. Mais accompagner un mouvement n’est pas le précipiter. Ne l’oublions pas : nos agriculteurs sont soumis à une concurrence européenne sans merci. Nous leur demandons de résister au dumping par les prix de pays qui ne respectent pas les mêmes critères environnementaux. Si nous ne sommes pas raisonnables dans nos exigences, nous aurons sauvé une certaine idée de l’agriculture, mais les agriculteurs auront disparu. A mille lieux des polémiques, je propose pour avancer une méthode en trois points.

Premier point : solidarité et réalisme. Nous devons tenir compte de la réalité du revenu des paysans : il a lourdement chuté en 2009, il commence seulement à se redresser. Il est donc essentiel de soutenir les efforts de modernisation des exploitations, de les aider à dresser un bilan énergétique, de donner si nécessaire des délais au cas par cas : c’est l’orientation du Gouvernement.

Deuxième point :
harmoniser les règles européennes. Marché unique, règles uniques. Nous ne pouvons pas demander à nos agriculteurs d’être aussi compétitifs que leurs voisins et leur fixer des objectifs plus contraignants. Nous ne pouvons pas leur demander de réduire les coûts de production sans autoriser la circulation en France de camions de 44 tonnes. Le Président de la République a apporté une réponse claire à ce sujet. Il a eu raison. L’harmonisation européenne ne signifie pas le moins-disant environnemental, mais simplement que tous les Etats européens avancent au même rythme. C’est pourquoi j’apporte mon soutien au verdissement de la PAC tout en refusant de nouvelles règles administratives complexes.


Troisième point : réciprocité internationale. Nous ne pouvons pas fixer en Europe des règles sanitaires parmi les plus strictes au monde (tant mieux), défendre le bien-être animal (tant mieux), prêter attention à la biodiversité (tant mieux) et simultanément ouvrir tout grand nos frontières à des produits agricoles qui ne respecteraient pas les mêmes règles. Ce serait une folie économique et une injustice profonde pour les agriculteurs européens.

Agriculture et environnement progressent ensemble. Nous ne sommes certainement pas au bout du chemin. Mais nous avons un cap. A nous, responsables politiques, professionnels agricoles, associations de défense de l’environnement et tout simplement citoyens, de le tenir ensemble. Sereinement et en bonne intelligence.

Tribune parue dans Libération le mercredi 16 février 2011.

 

(pour consulter directement cette page sur le site, cliquer ICI)

 

 

      3) Sur le site du Conseil Régional de Bretagne, deux communiqués :

 

      Le 1er communiqué du 15-02-11

"Communiqué de presse

La Région dénonce les attaques caricaturales d'une campagne d'affichage

Une campagne publicitaire « choc » vient d’être annoncée. Elle dénonce, entre autres, les algues vertes et stigmatise les agriculteurs, jugés seuls responsables de leur prolifération. Le Président du Conseil régional de Bretagne, Jean-Yves Le Drian, réagit avec force.

"Je dénonce cette opération et la trouve malveillante alors que, pour la première fois, un vrai dialogue se crée en Bretagne entre ceux qui, hier, refusaient de s’écouter. La mutation de l’agriculture bretonne est en marche et des projets concrets émergent sur les territoires les plus concernés.

Ces attaques caricaturales ne permettront pas de résoudre la question des algues vertes. Au contraire, elles risquent de réduire à néant les efforts des acteurs de terrain et de raviver les clivages.

Par ailleurs cette campagne a généralisé la présence d’algues en Bretagne alors que cela ne concerne qu’une partie infime de son littoral. Elle a aussi pour résultat de dissuader l’attractivité touristique sous prétexte d’une dangerosité non vérifiée.

Arrêtons de cultiver l’anathème ! Nous avons choisi de régler cette question avec pragmatisme, dans le dialogue, la transparence et l’honnêteté.

Je ne peux laisser salir de cette manière l’image de notre région. Je vais donc prendre toutes les initiatives nécessaires pour défendre les intérêts de la Bretagne."


(pour voir en direct sur le site : cliquer ICI).

 

      Le 2e communiqué du 16-02-11

"Communiqué de presse

Campagne anti algues vertes : la Région poursuit en justice

Suite à la prise de position du Président du Conseil régional dénonçant les attaques caricaturales de cette campagne, Jean Yves Le Drian a souhaité défendre les intérêts de la Bretagne en justice.

 « Nombre de Bretons au premier rang desquels figurent les professions agricoles, les professionnels du tourisme, mais pas seulement, sont aujourd’hui choqués et meurtris par cette campagne caricaturale qui nie leur engagement déterminé pour un environnement durable et sain.

Face au préjudice que constitue cette campagne de communication, le Conseil régional de Bretagne a décidé, au nom de la défense des intérêts des Bretons, d’assigner devant le Tribunal de Grande Instance de Paris, l’association France Nature Environnement, notamment pour atteinte à son image, en présentant la première région agricole de France comme source de pollution et de mise en danger de le vie d’autrui ».

La Région Bretagne mandate le cabinet Lysias aux fins d'engager la procédure la plus rapide afin que cesse le préjudice d'atteinte à son image, son patrimoine, son intégrité et son crédit moral pour une collectivité dont l'engagement pour le développement durable et le respect de la santé est constant."

 

(pour voir en direct sur le site : cliquer ICI).

 

 

A suivre ...

 

 

Evelyne Dumont

 

_____ o _____

 

  

 

Partager cet article

Repost0

commentaires