Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 23:04

Mots-clefs :

Centrales nucléaires / Accident de Fukushima au Japon / IRSN : "Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire" en France 

 

 

 

Le thème du nucléaire a été provisoirement mis de côté sur ce blog qui s’intéresse à l’environnement au sens large … malgré des lectures inquiétantes d’articles  notamment sur le devenir des populations au Japon ... sans compter diverses déclarations de "responsables" français du monde économique et politique hautement discutables par leur manque d'objectivité.

 

En ce début d’année 2012, après le plaisir des fêtes de Noël et du 1er de l’An, il faut bien revenir aux réalités de nos sociétés dites "évoluées" ... et les autres  ... les sociétés qui ne le sont sans doute ni plus moins que nous finalement  ... l'adjectif "évolué-e-s" étant polysémantique au gré de nos savoirs et nos fantaisies !

 

Et là, deux « news » fort négatives se sont imposées au travers des « newsletters » thématiques reçues : la corruption au Japon et les propos du directeur de l’IRSN en France (encore que les propos soient eux constructifs par leur clarté) …

 

Malgré mon goût prononcé pour être « positive », je les diffuse pour qu’aucun-e de nous ne « s’endorme » sur cette question éminement citoyenne :


 

quelle énergie utile ...  mais aussi sans danger

pour nous et les générations futures

faut-il développer à terme (court, moyen et long) ?

 

 

 

La corruption pour le nucléaire au Japon ...

 

 

"Fukushima Diary" = Le Journal de Fukushima ...

 

 

031r Fukushima Diary

 

Le site du Journal de Fukushima

 

accès en cliquant ICI


 

J'ai trouvé l'article à partir du site :


Environnement et Energies Autrement  

Curated by CFTC HUS

CFTC HUS - January 1, 4:20 PM


 

D'abord un peu de dépaysement avec les versions anglaise et japonaise : 

24 Nuclear Safety Commission members received 85 million yen of donation from nuclear companies

Posted by Mochizuki on December 31st, 2011 · 2 Comments

The Nuclear Safety Commission, which has responsibility for the governance of the nuclear industry, has been involved in bribery.

24 of 89 members, including the chairman Madarame Haruki, have received 85 million of “donation” from nuclear related companies or organizations for these 5 years.

11 od 24 members even received money from electric companies and nuclear fuel manufactures which must be checked by Nuclear Safety Commission themselves.

(Source)


原子力業界が安全委24人に寄付 計8500万円 

東京電力福島第一原子力発電所の事故時、中立的な立場で国や電力事業者を指導する権限を持つ内閣府原子力安全委員会の安全委員と非常勤の審査委員 だった89人のうち、班目まだらめ春樹委員長を含む割近くの24人が2010年度までの年間に、原子力関連の企業・業界団体から計約8500万円 の寄付を受けていた。朝日新聞の調べで分かった。

うち11人は原発メーカーや、審査対象となる電力会社・核燃料製造会社からも受け取っていた。

原子力業界では企業と研究者の間で共同・受託研究も多く、資金面で様々なつながりがあるとされる。中でも寄付は使途の報告義務がなく、研究者が扱いやすい金銭支援だ。安全委の委員へのその詳細が明らかになるのは初めて。委員らは影響を否定している。 

Iori Mochizuki 

 

 

Et puis la traduction en français :

 

"Nucléaire au Japon corrompu : 24 membres de la Commission de sécurité nucléaire ont reçu 85.000.000 yens de donnation d'entreprises nucléaires ! "

 

La commission de la sécurité nucléaire, qui a la responsabilité de la gouvernance de l'industrie nucléaire, a été impliquée dans la corruption de 24 des 89 membres, y compris le Président Madarame Haruki, qui ont reçu 85 millions de "don" de sociétés liées au nucléaire.

Onze membres sur les 24 ont même reçu de l'argent d'entreprises électriques et de manufactures de combustibles nucléaire qui doivent être vérifiés par la Commission de la sécurité nucléaire elle-même ..."

 

 

A chacun-e d'en tirer, en France, ses propres conclusions - hypothétiques - ... limitées ou éventuellement généralisées ...

 

 

 

Les propos du directeur de l’IRSN en France ... 

 

  L'article est issu du "Journal du Dimanche" (JDD) daté du 1er janvier 2012 et signé du journaliste Matthieu Pechberty :

 

"EDF sous-estime le risque d'un accident nucléaire"

 

" Jacques Repussard, directeur général de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, dresse le bilan des inspections qu'il a menées dans les centrales françaises.


Qu’a révélé votre audit post-Fukushima sur la sûreté des centrales françaises?


Celles-ci ne prennent pas en compte des scénarios comme Fukushima avec une perte totale d’eau et d’électricité. EDF propose des moyens de secours sous vingt-quatre heures mais on ne peut pas attendre tant de temps. Un séisme pourrait provoquer des accidents sérieux sur certains sites comme à Fessenheim et au Bugey. Les sites des vallées du Rhône et de la Loire doivent surélever leurs digues pour se protéger de fortes inondations... (...)".

 


006r JDD Entretien avec Dir IR

 

Le site du Journal du Dimanche daté 01/01/2012 ...

et l'article d'entretien avec le directeur de l'IRSN M. Jacques Repussard


 

Accès à l'article complet en cliquant ICI

 

 

 

Evelyne Dumont

 

_____ o _____

 


 

Partager cet article

Repost0

commentaires

doc zaïus 03/01/2012 19:08

Bonsoir,
Je pense que nos responsables publics sont passés à côté d’une donnée importante, qui est le changement d’échelle que représente le passage au nucléaire civil.
Toutes les applications de la technologie « ancienne » basées sur les énergies classiques ont leur part de dangerosité. Il y a des avions qui s’écrasent, des bateaux qui coulent, des
chaudières qui explosent, des trains qui déraillent, des navettes qui explosent, des satellites qui tombent, des immeubles qui brûlent, etc…. mais aucune de ces applications ne met en danger des
populations entières, les accidents restent localisés et les risques sont gradués.
Il en est tout autrement avec le nucléaire. Chacun sait les dégâts considérables qui peuvent être infligés à une population entière, dégâts que l’on ne sait pas maîtriser, et les contaminations qui
perdurent sur des milliers d’années, toujours sans aucune maîtrise possible des déchets.
Nos responsables n’ont pas vu ce changement d’échelle, ou bien n’ont pas voulu le voir, ce qui est pire.
L’arrogance, les conflits d’intérêts, l’incompétence, sont « supportables » lorsque les dégâts causés demeurent limités et contrôlables. Ce n’est plus le cas avec le nucléaire.
Pour la première fois de son histoire l’Homme prétend manipuler des forces naturelles sans bien avoir compris que ces forces peuvent le détruire.
On pourrait d’ailleurs en dire autant à propos des manipulations génétiques et de diverses expériences biologiques, dont les OGM ne sont que la face visible.
Peut-être sommes-nous entrés sans le savoir dans une période critique de notre Histoire, dont l’issue pourrait bien être très sombre pour nos petits-enfants.

Evelyne Dumont 03/01/2012 12:40

Merci Doc Zaïus pour ce commentaire « lumineux ».

Oui, les facteurs humains sont dans certains cas étonnamment négligés … ce qui est une folie.

En sorte de contre-exemple, je pense précisément à un de mes anciens collègues enseignant-chercheur en sciences humaines qui travaillait à la préparation des astronautes, des pilotes d’avions de
ligne, des sportifs de haut niveau (le regretté Pr Jean Rivolier) : les facteurs humains y étaient cruciaux en plus des hauts niveaux de technicité exigés.

Alors pourquoi le nucléaire, secteur « de pointe » y échapperait-il ?

On devrait creuser la question de l’arrogance de certains spécialistes certes sûrement performants dans leur spécialité mais justement trop spécialisés, manquant de vision d’ensemble … sans le
savoir … ni le vouloir ?

Autre hypothèse non exclusive : les conflits d’intérêts (on ne critique pas, on ne met pas à jour les défauts de son gagne-pain … ou autrement dit : on ne scie pas la branche sur laquelle on est
posé !!!) qui vont avec la compétition économique.

En tous cas, on se prend parfois à identifier certaines personnes à des apprentis-sorciers, voire à parler de « crimes contre l’humanité » … mais l’omerta règne !!!

PS – Si on pouvait avoir un aussi grand degré d’accord sur les questions de patrimoine, ce serait formidable !!! A voir.

Cordialement.

ED

doc zaïus 03/01/2012 12:07

Bonjour,
On s’est longtemps trompés dans l’analyse de la dangerosité du nucléaire civil.
Une telle analyse, quel que soit le domaine, doit comporter obligatoirement deux aspects: l’aspect technique et le facteur humain.
Pour le nucléaire, seul l’aspect technique a été réellement pris en compte; le facteur humain a été écarté, arguant de la parfaite compétence des personnels impliqués du haut en bas de
l’échelle.
Ainsi, il a été facile de démontrer que telle technologie ne présente aucun risque, du moins sur le papier. Les documents se rapportant à l’étude et au design d’une centrale sont impressionnants de
technicité et ne laissent aucune place à l’improvisation. Et puis l’ordinateur est souvent là pour corriger d’éventuelles erreurs.
Certes, mais les problèmes sont ailleurs: d’une part dans la construction de la centrale: choix du site, évaluation des risques naturels, maîtrise d’œuvre, implantation des ouvrages, compétence des
équipes, sous-traitance, etc, etc,….Et d’autre part dans la conduite des installations en période d’exploitation: choix du mode de conduite, contrôles, surveillance, sécurité, etc, etc….
Ces tâches font essentiellement appel au facteur humain. Et c’est là que se trouvent les failles, qu’aucun logiciel ne permet de découvrir.
C’est un homme qui décide de placer les pompes principales en-dessous du niveau de la mer ou du fleuve.
C’est un homme qui décide de placer la piscine à proximité du réacteur, parce que c’est plus commode….
C’est un homme qui décide de mettre les tableaux de contrôle des dispositifs de secours en zone inondable.
C’est encore un homme qui décide de l’épaisseur du radier…
C’est toujours un homme qui décide de la hauteur de la digue de protection des installations, en écartant les cas extrêmes parce que c’est trop cher…
Toujours un homme qui décide de confier des tâches vitales à des sous-traitants hors contrôle, qui eux-mêmes sous-traitent à des sous-traitants…
On n’en finirait pas de lister les cas vitaux tranchés sur des critères non techniques.
La vulnérabilité dépend alors non pas de failles techniques, mais de la faiblesse humaine: recherche de la rentabilité, incompétence, négligence, déni du risque, compromissions, carriérisme,
suffisance, corruption, etc…
Toutes choses inhérentes à la nature humaine, donc impossibles à corriger.
L’affaire du Japon démontre s’il en était besoin que ces comportements se manifestent à tous niveaux, y compris ceux qui sont supposés les combattre.
Il nous reste à espérer que cet étalage de turpitudes suscitera une prise de conscience collective avant la survenue d’une autre catastrophe.
L’Homme n’est pas assez évolué spirituellement pour manipuler sans risque les forces suprêmes de la Nature…
Oppenheimer disait, lors des premiers essais atomiques en laboratoire:
«  Nous jouons à chatouiller la queue du dragon… »
Quant à nous, nous sommes assez inconscients pour tenter de mettre le dragon en cage.
Des enfants qui jouent avec des allumettes….