Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 11:14

Mots-Clefs :

Développement durable et solidaire / Ecologie / Energie nucléaire / Débats démocratiques sur les choix énergiques à court, moyen et long termes / "Global Chance" / "NegaWatt " / Pascal Bruckner

 

 

Mardi 4 octobre 2011 ce matin … réception de deux informations "contrastées" !

 

   
D'abord celle issue de ma lecture rapide d’un des articles « en ligne » du magazine « 
Bretagne Durable » reçu par newsletter sous le titre :


« Sortir du nucléaire en 20 ans coûtera moins cher

que de poursuivre avec »

 

Il s'agit d'un entretien du journaliste Julien Dézécot daté d'hier, réalisé avec Benjamin Dessus, ingénieur et économiste, Président de "Global Chance" qui commence par s'exprimer ainsi :

 

L’exercice auquel nous nous sommes attelés, au sein de l’association d’expertise scientifique indépendant Global Chance (...) consiste à imaginer, concrètement, une sortie du nucléaire.  Nous avons regardé quelles seraient pour la France les conséquences d’un scénario de sortie du nucléaire, comparable à celui dans lequel s’est engagée l’Allemagne dès 2000. C’est-à-dire arrêter les réacteurs d’ici 20 ans, après 30 à 35 ans de foctionnement. Ainsi en 2031 le dernier réacteur serait stoppé. Nous avons axé ce travail sur une action vigoureuse d’économie d’électricité qui serait alors mise en œuvre, ainsi que la mise en place d’électricité renouvelable pour le système électrique français. Nous avons ensuite réalisé une comparaison économique avec un autre scénario. Ce dernier vise quant à lui à un remplacement à l’identique du parc nucléaire actuel par des EPR (nouvelle génération de centrales), lorsque les unités actuelles arriveront à une durée de vie d’une trentaine d’années. Ce travail prend en compte l’ensemble des coûts (production, transport, distribution, économies d’électricité) et le cumul des investissements à réaliser d’ici 2031."

 

On ne va pas détailler ici toute l'argumentation mais reprendre juste les phrases du résumé  de début d'article du journaliste :

 

"Contrairement aux idées reçues, cette hypothèse  (de sortie en 20 ans du nucléaire), présentée lors d'une conférence à Redon vendredi dernier 30 septembre,  ne ferait pas bondir les factures des ménages. Plus surprenant encore : le coût global serait même inférieur de 10 à 15 %" ....

 

Ainsi, on nous raconterait "des histoires" dans de nombreux médias où les batailles de lobbies, les censures et manipulations diverses tendent à nous faire croire le contraire et donc à nous perturber voire nous "stresser" pour l'avenir ?

 

C'est à voir ..

 

008r Bretagne Durable Asso Global Chance

 

Pour lire l'article de "Bretagne Durable" complet, cliquer ICI

 

 

L'article fournit aussi le lien d'accès au récent rapport (29-09-11) de l'Institut "NégaWatt" ("organisme de formation, d'études et de recherches focalisé sur les problématiques de l'énergie et du développement durable (qui) a pour vocation de préparer et d'accompagner la transition énergétique de la société") :

 

010 Rapport NégaWatt 2011

 

Pour accéder au rapport "NégaWatt 2011" complet, cliquer ICI.

 


 Alors, avenir énergétique stressant ou pas ? ...

 

Quasi simultanément j'entends annoncer sur la radio France Inter que l’invité du « 7/9 de Patrick Cohen », est l’écrivain essayiste Pascal Bruckner qui publie demain aux Editions Grasset « une charge violente contre les écologistes », à savoir le livre intitulé :

 

"Le fanatisme de l’Apocalypse :

sauver la Terre, punir l'homme 

 

014 Livre P Bruckner

 

La suite de l'émission montre des réactions animées des auditeurs qui appellent ...

 

On peut (ré)écouter cette émission en cliquant ICI.

 

011 France Inter 7-9 avec P Bruckner 04-10-11

 

 

On peut aussi, magie de la technique, voir et entendre l'écrivain P. Bruckner et le journaliste Patrick Cohen dans une vidéo de Dailymotion en cliquant  ICI.

 

023 Vidéo Fr Inter Bruckner-Cohen

 

L'écrivain essayiste Pascal Bruckner invité de Patrick Cohen

sur France Inter le 4 octobre 2011 à l'occasion de la sortie

de son dernier livre "Le fanatisme de l'Apocalypse"

 

(capture d'écran ed - 04-10-11)

 


A noter que Pascal Bruckner dit avoir voté pour les écologistes pendant de longues années ... mais qu'à présent il a des craintes ... On sait que cet auteur est un "déconstructeur"  célèbre de nos systèmes de valeurs ... (voir sa biographie et sa bibliographie par exemple sur le site "EVENE.fr" en cliquant ICI).

Si l'on aime "positiver" - c'est mon cas - on peut prédire que des débats approfondis en sortiront et non des batailles caricaturales ... C'est à espérer dans l'intérêt général ... des humains ... non dissociés de la "nature" si possible ... !

 

 

18h30 : Rajout d'une "news" intéressante aussi : le nouveau Président socialiste du Sénat, Jean-Pierre Bel, aurait prévu de créer une "Commission Développement Durable" ... Bravo !

 

et, au plan local, voir le site "Europe-Ecologie-Les Verts du Pays de Quimperlé", qui parle aussi du Rapport NégaWatt et bien sûr de la sortie du nucléaire ... - cliquer ICI

 

Evelyne Dumont

_____ o _____

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

clovis simard 22/10/2011 19:08


Blog(fermaton.over-blog.com)conscience humaine.No-6, THÉORÈME DES CHEVALIERS. APOCALYPSE, POUR NOUS ?


doc zaïus 07/10/2011 18:37


Bonsoir,
Sortir ou pas du nucléaire, avons-nous vraiment le choix ?
Y rester, c’est garantir nos approvisionnements en électricité, au moins pour ce siècle. Mais c’est aussi accepter le risque associé à cette technologie.
En sortir, c’est préserver les générations futures des risques évoqués ci-dessus. Mais c’est aussi faire un saut dans l’inconnu, sachant que cet inconnu peut nous réserver des bonnes surprises,
mais aussi des mauvaises.
Prétendre savoir chiffrer aujourd’hui le coût de l’une ou l’autre solution est simplement une fumisterie. Personne ne sait évaluer les conséquences à long terme de ces choix primordiaux, alors
évitons de prononcer des âneries.
Le débat n’est pas à ce niveau, de telles évaluations de boutiquiers auraient condamné dans l’œuf AIRBUS et le TGV.
Le débat gagnerait à se recentrer sue les vrais problèmes :
Oui ou non, le CO2 est-il l’ennemi numéro un à combattre en priorité ? Si oui, alors notre projet énergétique doit exclure absolument le recours aux énergies fossiles carbonées. Il faut donc en
priorité sortir du pétrole, du gaz et du charbon. A nous de décider si cela est compatible avec la sortie du nucléaire…
Oui ou non, croit-on à l’épuisement des sources d’énergie fossile carbonée ? Si oui, alors c’est une autre raison impérieuse de s’en défaire.
Oui ou non, les français sont-ils d’accord pour accepter l’installation des fermes éoliennes à la fois sur terre et sur le littoral, à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d’unités ?
Oui ou non, les français sont-ils prêts à accepter des dizaines de milliers de fermes photovoltaïques de plusieurs dizaines d’hectares ?
Oui ou non, les français sont-ils prêts à payer leur électricité trois fois plus cher qu’aujourd’hui ?
Oui ou non, les français sont-ils prêts à accepter des restrictions énergétiques et/ou des quotas de fournitures ?
Ces questions sont au cœur du problème. Le changement de mix énergétique doit se faire dans la cohérence.
Or, que voit-on aujourd’hui ?
On lance le nouveau marché de la voiture électrique, alors que tout le monde sait que l’électricité qui chargera les batteries ne peut provenir que du nucléaire ou des énergies fossiles carbonées,
au moins pour les deux prochaines décennies.
Les projets d’installations de fermes éoliennes se heurtent à des oppositions féroces de la part des mêmes personnes qui réclament la sortie du nucléaire.
Et c’est pareil pour les centrales solaires évidemment.
Ces incohérences sont un encouragement au maintien du nucléaire, et même à son expansion.
Les associations Théodule prêchent un évangile angélique mais peu réaliste. Les chiffrages fantaisistes peuvent impressionner le chaland, qui sortira de la réunion convaincu de la nécessité de
sortir du nucléaire, mais qui sera le premier à manifester contre le projet éolien dans sa commune ou sur son emprise maritime.
Il ne faut pas croire que la solution est toute entière entre les mains des politiques, la population est partie prenante par son attitude vis-à-vis de la démarche de changement énergétique.
C’est à l’usager d’accepter d’investir dans les énergies durables, sans attendre que l’Etat le subventionne.
C’est aux associations de défense de ceci et de cela d’amener les populations à accepter les fermes solaires, plutôt que de les combattre systématiquement.
C’est aux associations d’usagers de la route de promouvoir le covoiturage et l’usage des transports en commun.
C’est aux collectivités territoriales d’investir dans les équipements collectifs pour les énergies durables.
Quand la preuve sera donnée que le pays tout entier adhère à la démarche énergies nouvelles, concrètement en investissant, et pas seulement en fréquentant les meetings, que l’on pourra songer à
lever le pied sur l’énergie nucléaire.