Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 19:00

 

Mots-clefs :

Friche industrielle / Port de Doëlan en Clohars-Carnoët / Ex-Conserverie Capitaine Cook / Défense et valorisation du patrimoine maritime / Groupe Intermarché (ITM)


 

Cet article est le 3e et dernier d’une série de trois formant un tout.

Il est précédé de ceux intitulés

 « Ex-Conserverie de Doëlan : Dossier/Suggestions au Groupe ITM »

et

« Suite 1 : Ex-Conserverie de Doëlan & Dossier au Groupe ITM » 

 

 

051r Photo annotée

 

Voir plus bas l'agrandissement

de cette vue aérienne de l'ex-Conserverie "Capitaine Cook" de Doëlan,

avec le détail des annotations (très artisanales ...) qui ont été faites en rouge.

 


 

O

 

O          O

 


 

Pages 8 à 15 du Dossier :

"Défense et mise en valeur du patrimoine de l'ancienne Conserverie Capitaine Cook de Doëlan en Clohars-Carnoët" (5 Janvier 2012  - 15 pages). 

 

 

 

II – PLANS ET VUES  RECENTS DES LIEUX avec commentaires

 

 

 

II .1 – Vue d’ensemble de la façade de la conserverie (photo ci-dessous)

 

812 Façade A SAUVER 18-03-09

 

Cette façade concerne les bâtiments « en dur » (murs de pierres très épais) et aux toits d’ardoises de la conserverie qui donnent sur le Quai Cayenne (devenu «Rue» récemment).

 

On voit sur la photo :

-  la haute paroi du Quai Cayenne

-  deux escaliers qui en partent, dont celui de droite rejoint le haut de la Cale Cayenne et celui de gauche

   descend vers des rochers proches du « nez de la cale ».

-  à l’arrière, la toiture ondulée en fibro-ciment et les parois en tôles blanches des bâtiments rajoutés (voir

   aussi ces éléments sur les deux photos de la page 9).

 

 

II.2 – Vue aérienne (Sud au haut et Nord en bas) de l’ex-Conserverie Capitaine Cook sur la rive gauche de l’entrée du port, face au Quai Cayenne et aux deux Cales « Cayenne » et « Larzul et, plus en avant,  une partie de la Jetée de la Grande Vache (Photo SAFI - 26-07-2010).

 

293r SAFI VUE AERIENNE COOK Vu29-12-11  

 

On remarque l’importante surface de toitures ondulées (en fibro-ciment amianté) avec multiples petites « fenêtre » : ce sont elles qui reposent sur des parois en tôles actuellement très rouillées et qui se détachent sous la force du vent. De plus, l’un des bâtiments de façade (le plus à droite sur la photo) a une toiture « mixte »qui a été surmontée et inclut de la tôle ondulé de fibro-ciment : elle a été détériorée au Nord début janvier 2011 (vent).

 

 

II.3 – Autre vue aérienne de l’ex-Conserverie Capitaine Cook (ici Nord en haut et Sud en bas)

et plan cadastral incluant les 8 261 m2 appartenant à ITM et les 220 m2 (en bleu) de la

maison d’habitation intégrée dans le site qui appartient à un propriétaire privé :

 

056R Vue aérienne Cook-pr Dossier  079R Cadastre zoom partie bleue PL 

 

On voit sur la photo les différences de toitures (ardoises ou tôles ondulées) et leurs surfaces respectives (avec le cas particulier du bâtiment « en dur » de façade signalé plus haut.  

Sur le plan cadastral, le tracé jaune correspond au périmètre définit dans le projet Eiffage.

On voit que les bâtiments se sont étendus côté Sud-Est par rapport au cadastre figurant page 7 du dossier, avec des matériaux de tôles tant pour les parois que pour la toiture. Cette partie Sud-Est est très abimée ces jours-ci.

 

 

 

II.4 – Vue de l’ex-Conserverie Capitaine Cook depuis la rive droite de Doëlan en Août 2011

          … et l’interrogation sur son avenir

 

005r Quel avenir du site Capitaine Cook


Photomontage en « Une » de l’article publié le 11-10-11

sur : http://www.lebloged-environnementdoelan.info

 

   

II.5 – Vues montrant des éléments à conserver et, pour se faire, à consolider ou restaurer

          rapidement 

 

La façade blanche des bâtiments aux murs de pierres très épais garde un aspect agréable … … Et si la partie en allant vers le Nord est moins esthétique, un ravalement suffira à y remédier.

         

069 Cook le 02-01-12 côté SE ed  163 Façade Cook-Phare V 11h19

 

Deux vues de la façade de la conserverie donnant sur le Quai Cayenne

 

En revanche, depuis la tempête du 14-15 décembre 2011, la toiture vers le Nord-Ouest des bâtiments en dur est désormais en péril comme l’illustrent les photos page suivante. Une action rapide du Groupe ITM permettra de stopper la dégradation avec le vent plus la pluie.

 

A noter au plan général que la dégradation des bâtiments en dur de la conserverie est aussi un problème pour les locaux de la maison d’habitation privée qui est solidaire des autres puisqu’ils sont enserrés au milieu d’eux (voir précisément sur le plan cadastral p. 9 la zone en bleu et, sur les photos, les parties de la façade où les portes-fenêtres sont entourées de granit).

 

 

024 22-12-11    a 151 Déc 2011     


Deux vues de la toiture dégradée à l’angle Nord-Ouest de la façade des bâtiments « en dur »

 

 

II.6 – Vues montrant des éléments à détruire

 

Il s’agit en réalité de tous les bâtiments en tôles tant pour les parois que pour les toitures qui ont été ajoutés au fil du temps.

 

Depuis la tempête « Joachim » la situation frôle le drame avec les tôles qui se balancent dans le vent puis se détachent et finissent par tomber …

 

On rappelle que ce type de bâtiments occupe la plus vaste surface du site de la conserverie (revoir les vues aériennes et le plan cadastral en page 9).

 

051 22-12-11  050 22-12-11                                                                

Deux vues des bâtiments du côté Sud-Est du site de la conserverie

(angle des rues Cayenne et de la Fontaine) datant du 22 décembre 2011

 

 

II.7 – La cheminée en briques de la conserverie … à protéger pour la conserver

 

Cette cheminée dont M. Daniel Picol (auteur des 2 volumes « Conserveries et vie maritime » de 2007 et 2008) dit qu’elle est "la dernière cheminée en Finistère Sud témoignant encore du début de l'ère industrielle liée aux sécheries-conserveries de poissons" … est toujours bien là.

 

Elle avait été épargnée dans le vaste projet de résidence de tourisme du Groupe Eiffage de 2006. Elle est paraît-il utilisable pour des systèmes d’aérations de bâtiments utilitaires … En tous cas, elle reste un élément typique du Port de Doëlan … et toujours un amer remarquable pour les plaisanciers qui regardent les paysages …

 

Elle a été photographiée de nouveau ce 4 janvier 2012 pour témoigner dans le présent dossier … de sa vitalité !

 

111r Cheminée Cook 04-01-12           115 suite Cheminée 4-4-12     

 

Vues de la cheminée en briques de la conserverie depuis le Nord-Est et le Nord-Ouest

en passant par la Rue de Kéruster

 

117 Base Cheminée 04-01-12

  

 

Vue de la cheminée de plus près  - en passant acrobatiquement l’appareil photo

à travers le grillage !

 

 

II.8 – Résumé (très artisanal dans l’urgence …) des constructions dont ce dossier demande la non-démolition et aussi la remise en état rapidement pour ne pas perdre irrémédiablement le patrimoine maritime culturel précieux qu’elles représentent

 

 

051r Photo annotée

 

052r Cadastre annoté


Sur la photo aérienne et sur l’extrait de cadastre publié en 2002, les annotations en rouge

indiquent les constructions à ne pas démolir mais au contraire à remettre  chaque fois que nécessaire en état

 

le « 1 » désigne l’ensemble des bâtiments « en dur » ayant d’épais murs de pierres et des toitures en ardoises ;

on rappelle que dans cet ensemble est incluse la maison d’habitation d’un propriétaire privé.

le « 2 » désigne la cheminée en briques

le « 3 » désigne la «Maison Berthèle » de 1965 (qui s’harmonise avec sa voisine la « Maison du Phare » - propriété privée extérieure au site de la conserverie -  datant aussi de 1865).

 

 

O

 

O          O

 

 


 

III – CONCLUSION « POUR UNE REQUALIFICATION ADAPTEE »

 

 

 

La destruction de ce dernier établissement industriel, telle qu’elle est  envisagée dans l´actuel projet de réutilisation du site, risque de faire perdre à Doëlan l´un des éléments majeurs de son identité de petit port de pêche breton.

 

Il faut bien voir que la reconnaissance de la qualité patrimoniale du site, en termes d´histoire, de mémoire du travail et de valeur paysagère exceptionnelle, ne serait pas une entrave pour un projet de requalification. Bien au contraire, elle l’orienterait.

 

En effet, cette reconnaissance peut inciter les architectes et les aménageurs à développer  une conception novatrice de réhabilitation de l’ensemble du site, alliant conservation de la façade et reconstruction de la partie arrière, conçue dans le respect de l´histoire de ce site industriel. 

 

La banalisation du site qui ne manquerait pas de découler de la démolition de l’ensemble, suivie de l’édification de bâtiments de fonction et d’allure résidentielle précisément banale, doit être évitée à tout prix.

 

La recommandation principaleconcernant cette conserverie est donc de substituer aux projets de destruction qui ont prévalu jusqu´alors (dont l’ex-projet Eiffage),un processus de reconnaissance et de mise en valeur de ce bâtiment symbolique du site portuaire de Doélan, par la conservation des façades et leur rénovation sur le mode de son architecture industrielle d’origine.

 

Dans le cadre de cette philosophie, un projet de reconversion intégrant différentes activités à valeur touristique et culturelle pourrait très bien être mis sur pied. Les bâtiments rénovés (en façade) et reconstruits (en profondeur) dans l’esprit de l’ancienne structure métallique, pourraient abriter des services de restauration et de fourniture de boissons dans le cadre de l´aménagement intérieur des locaux s´inspirant du cadre industriel du site. Ils pourraient éventuellement s´ouvrir sur une terrasse intérieure en hiver et par beau temps sur le front marin de l’entrée de la ria. La reconstruction des bâtiments actuels à toit en tôle offrirait la possibilité d´un espace culturel multimédia et/ou d’un espace à fonction résidentielle, dont l´édification, tout à fait en arrière du terrain de la conserverie, resterait invisible du large, tout en offrant une vue sur mer pour l’accueil en nuitées d’une clientèle touristique séduite par  l’originalité du site et le dépaysement qu’il offre.

 

L’architecture industrielle héritée des siècles passés, conservée, réhabilitée et reconvertie pour de nouvelles fonctions accordées aux besoins d’aujourd’hui, peut constituer une ressource patrimoniale, esthétique et paysagère innovante, appréciée des nouveaux publics à la recherche de la singularité des lieux.

 

Les anglo-saxons développent depuis déjà longtemps des concepts novateurs dans ce domaine, alliant patrimoine et modernité.

 

Pourquoi, au lieu de faire table rase et reconstruire sans imagination, ne pas tenter l’aventure de l’architecture industrielle à la fois contemporaine et patrimoniale à partir du site remarquable de Doëlan et de son exceptionnelle conserverie ?

 

Une telle réalisation n’aurait-elle pas valeur d’exemplarité et d’image de marque remarquable et anticipatrice de l’avenir, tant pour la commune que pour l’entreprise qui en serait le promoteur ?

 

 


EN RÉSUMÉ :

UNE ACTION A MENER EN TROIS ÉTAPES


 

1) Sécuriser les endroits où il y a danger (urgence)

 

2) Restaurer rapidement les toitures en ardoise et la façade du bâtiment à conserver (urgence)

 

3) Réfléchir collectivement à un projet alternatif à la démolition totale des bâtiments  … démolition qui serait irrémédiable.


     Ce temps de réflexion permettrait d’évaluer calmement tous les impacts des projets possibles (positifs et négatifs) et de rechercher les meilleurs concepteurs et réalisateurs pour s’assurer de la viabilité économique et de la qualité patrimoniale et esthétique de celui qui sera retenu.

     Ce projet serait aussi créateur que n’importe quel autre !

 

 

 

O

 

O          O

 

 

 

 

Quelques-unes des références ayant inspiré ce dossier

 

 

DOUARD Christel : Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Région Bretagne. Quimperlé et son canton. Images du Patrimoine, n° 217, Rennes, 2002.

 

GEOGRAPHES DE BRETAGNE : Paysages. Le défi breton, n° 1, 1er trimestre 2006.

 

LESCOAT Jacques : La Bretagne ou l’environnement égaré, Ed. FinisterrE, 2004, nouvelle édition revue et corrigé.

 

LE THOER Pierre & GOZZI Marcel : Clohars-Carnoët au fil du temps, Liv’Editions, 2008.

 

PERON Françoise & MARIE Guillaume : Atlas du patrimoine maritime du Finistère, Editions Le télégramme, 2010.

 

PICOL Daniel : Conserveries et vie maritime, Editions  Les points sur les i, 2007 (tome I) et 2008 (tome 2).

 

   Et aussi :

 

Le blog de Benoît de SAGAZAN, « Patrimoine en blog » http://patrimoine.blog.pelerin.info/

 

Le travail fait en 2005 et 2006  avec le « COLLECTIF pour la Protection et la valorisation du site de l’ancienne usine de Doëlan » qui regroupait six associations et était ouvert à « tous ceux qui aiment le Port de Doëlan ».

 

Le but était simultanément de « faire classer le Port de Doëlan » et de faire échec au projet de résidence de tourisme « banale » du Groupe Eiffage. Le 2e but a été atteint mais pas le 1er  … d’où probablement les difficultés qui perdurent pour le devenir du site concerné. Mais … le « classement total » est-t-il la solution ?

Quant aux associations réunies il s’agissait de : ACR Amis des Chemins de Ronde – Cap Avenir – Défense du Site de Rostel – DCE Doëlan-Clohars-Environnement – Eau et Rivières de Bretagne – La Vallée Verte.

Dans le « travail » évoqué il y a eu les échanges fructueux entre les militants associatifs menant à des actions concrètes ET  la rédaction d’un copieux dossier collectif de 19 pages … qui reste un grand souvenir !

 

 

O

 

O          O

 

 

 

AUX LECTEURS DE CE BLOG

QUI VOUDRONT BIEN DONNER LEURS AVIS ET SUGGESTIONS

PAR L'UN ET/OU L'AUTRE DE CES MOYENS :

 

 

- sous forme de commentaires en bas des trois articles du blog


 - en écrivant à l’adresse de messagerie créée spécifiquement le 19 janvier 2011

  (tout en lettres minuscules attachées et sans accent, plus le 29) :

 

patrimoineconserveriedoelan29@orange.fr

 

 

MERCI D'AVANCE !

 

 

Ajout du 23-01-12 :

La reproduction de  l'ensemble des 3 articles est accessible en fichiers PDF (compressés) dont les liens figurent à la fin du nouvel article : "Avenir de "Cook Doëlan" : remplir une "Boîte à idées" ). 

 

 

 

 

Evelyne Dumont

 

_____ o _____

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

doc zaïus 22/01/2012 11:39

Bonjour,
Tout d’abord merci pour ce dossier et ses illustrations qui facilitent la compréhension du problème.
Il semble qu’il y ait quasi unanimité sur la nécessité de conserver ( le mot m’a échappé) les bâtiments en dur et la maison Berthèle, et de démolir tout le reste ( qui d’ailleurs finira par
s’envoler tout seul).
La cheminée, en tant que témoignage du passé, et en tant qu’amer remarquable, fait partie du patrimoine, mais attention aux frais de restauration, je ne suis pas sûr que ce problème ait été bien
étudié. Qui prendra en charge ces frais ?
Au passage, « On » n’a pas hésité à remplacer la tour maçonnée à l’entrée du port par une vulgaire bouée. Or cette tour faisait partie du patrimoine et constituait aussi un amer…
Le vrai problème de la friche de Doelan est l’identification du projet de remplacement de la conserverie. Une fois acquis le principe de la restauration des bâtiments en dur et éventuellement de la
cheminée, que fait-on des sept-mille et quelques mètres carrés restant ?
Il faudrait d’abord définir le cahier des charges de ce qu’on ne veut pas, par exemple ( au hasard):
- Pas de résidence de vacances.
- Pas d’activité susceptible de perturber gravement la tranquillité des lieux par une affluence excessive, par un trafic routier incessant, par des bruits d’atelier, par du barnum nocturne,
etc…
Ce qui exclut d’emblée tout commerce genre superette, tout atelier artisanal à vocation mécanique, fut-elle marine, toute salle de cinéma ou de spectacle en général, toute salle des fêtes, etc…
- Pas de projet d’habitat collectif excédant vingt logements, pour éviter une pression d’urbanisation trop forte et une augmentation inconsidérée du nombre d’habitants du lieu.
- Pas de projet de bâtiment(s) de hauteur supérieure à celle des anciens locaux restaurés.
- Pas de projet qui n’aurait aucune retombée en terme de création d’emploi.
- Pas de projet de logements qui ne seraient pas majoritairement occupés par des résidents permanents.
- Etc….
C’est du moins ce que j’ai cru comprendre à partir des avis exprimés.
Ensuite, et c’est le plus difficile, dire ce que l’on souhaite, en tenant compte des contraintes ci-dessus. Par exemple:
- Rentabiliser l’opération pour la commune, en faisant en sorte qu’une partie au moins de l’investissement soit récupéré.
La méthode reste à définir.
- Profiter de cette opération pour tenter de donner vie au quartier.
- Implanter des activités créatrices d’emplois pérennes.
- Aménager le site de la friche pour contribuer à faire de Doelan un pôle touristique structuré en connexion avec les sites des plages, le port du Pouldu et le Bourg, pour réaliser un circuit
touristique .
- Implanter un centre à caractère muséographique et patrimonial pour faire découvrir les richesses naturelles de la région, les métiers anciens, et les activités maritimes.
- Susciter l’installation d’un établissement hôtelier de classe, et/ou édifier des logements à vocation d’habitat permanent.
- Etc…au hasard…
Ce catalogue de souhaits ressemble un peu à une lettre au Père Noël, il faut maintenant lui donner du corps.
Ce qui n’est pas simple, tant il y a de contradictions entre ce qu’on veut et ce qu’on ne veut pas.
Comme je dis sur un autre site, autant essayer de faire rentrer une tige carrée dans un trou rond…

Jean-Pierre Mahé 21/01/2012 09:48

Bonjour Éveline,
Sans vouloir prendre position sur le fond de cette histoire,mais ...
Sachant le travail que représente l'élaboration de tels documents.
Je tiens à te féliciter pour le travail que tu as accompli.
J'espère que tes lecteurs qu'ils soient d'accord ou pas sur le contenu de ces articles,sauront par de nombreux échanges valoriser ce que tu as fait.
Amicalement et encore bravo

Jean-Pierre