Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 15:56

 

Samedi 31 Octobre 2009 - 16 H 00

 

 

Après la parution dans « Le Télégramme » daté 29-10-09 d’un communiqué de l’ancien maire de Clohars-Carnoët Monsieur René Le Floch qui met notamment en cause l’Association « Doëlan-Clohars-Environnement », le Secrétaire de DCE lui répond dans un texte soumis au même journal hier soir et que nous diffusons dès à présent dans son intégralité :

 

 

Représentant de l’association Doélan Clohars Environnement ayant assisté à la réunion d’information sur la future station d’épuration, il nous semble nécessaire de faire connaître également notre sentiment sur ce sujet. Ecrire que la commission pourrait manquer d’impartialité est scandaleux, l’auteur de ces propos semble avoir la mémoire courte car cette commission est composée par les associations qu’il avait lui même sollicitées lors de la première étude sous sa magistrature. Rappelons que les conclusions de celle-ci n’avaient d’ailleurs pas été suivies par les membres de son équipe pourtant largement majoritaire.

Le site de Kerharo avait pourtant été plébiscité à l’unanimité des participants, celui de Rostel refusé car non respectueux de la Loi Littoral. Il est clair que la station d’épuration serait prête à fonctionner aujourd’hui si celui qui avait coutume de donner des consignes de vote à son groupe n’avait refusé de prendre le moindre risque en demandant lui même un vote anonyme tout en faisant savoir à qui voulait l’entendre que son choix personnel était celui de Kerharo.

Demander aujourd’hui un referendum local (sans valeur juridique au demeurant) ne semble pas témoigner d’une attitude positive de la part de quelqu’un qui n’en a jamais fait état au cours de sa magistrature.

Une légère erreur de voyance sans doute (puisque l’ancien maire ne fait pas partie de la commission) lui fait écrire  que le site de Rostel a été éliminé de la recherche. Pourquoi dans ce cas avoir invité le Comité à participer aux travaux. Quant aux 600 000€ dépensés inutilement pour des études inadaptées à la construction d’une station par traitement membranaire , que celui qui les a engagés par son entêtement à refuser les termes de la Loi Littoral en endosse l’entière responsabilité.

Que des intérêts personnels, voire politiques et partisans s’expriment lors d’un débat aussi important est chose courante, mais la mauvaise foi n’a jamais fait progresser une situation … urgente depuis 2002… du moins pas dans le cadre de l’intérêt général.

 

Marcel Bouque

Secrétaire de l’Association "Doëlan-Clohars-Environnement"

 

 

Pour consulter l’article du Télégramme du 29-10-09 (page 15) « Station d’épuration. Le Floch demande un référendum », cliquer ICI.


A paraître sur le blog : un compte rendu de la réunion publique du 23 Octobre 2009 à la Salle des Fêtes de Clohars-Carnoët.

 

 

_____ o _____

 

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 08:49


C'est fait : Doëlan-Clohars-Environnement a renouvelé son expérience de l'an dernier en participant au Forum des Associations qui s'est tenu de 10 H à 14 H samedi 5 septembre 2009 à la Salle des Sports de Clohars-Carnoët.

 

 

Sur le stand DCE, au Forum des Associations du 05-09-2009 à Clohars-Carnoët,

on voit que l'intérêt pour l'environnement est précoce !



Au moins 35 associations y étaient représentées selon notre rapide tour de la vaste salle, soit environ 57 % de toutes celles répertoriées (soixante et une) dans le « Guide des associations 2010 » publié par la mairie et largement diffusé sur les tables des stands (le guide est téléchargeable sur le site de la mairie : cliquer ICI).

 

Nous n’avons pas été déçus  : il y avait du monde (le journal Le Télégramme de ce matin le confirme - cliquer ICI) et les divers contacts avec les visiteurs - résidents permanents ou saisonniers de Clohars-Carnoët ou d’ailleurs (notamment Moëlan-sur-Mer), élus de la mairie venus discuter sur l’ensemble des stands, et animateurs amis des autres stands, ont été très intéressants et utiles.

 

 

      

 

 

       Discussions vivantes sur le stand de Doëlan-Clohars-Environnement" ...

       à propos des "dossiers" ou concernant des problèmes pratiques ...

 

 

 

Exemples :  

 

- discussion à propos de 'l'affaire Abiven" (plusieurs personnes ont demandé où cela en était, ...; la majorité d'entre elles était opposée au projet de M. Abiven et se réjouissait de l'existence de la pétition en ligne sur internet ; une seule personne s'est d'emblée déclarée "pro-Abiven" mais en parlant ensemble il est devenu clair qu'elle confondait le cas Abiven avec  son propre cas, du coup son avis a évolué. Ouf !  A noter que nous avons  déjà remarqué que des personnes s'identifient  à ce particulier sans avoir compris qu'il est un cas très spécial d'obstination à vouloir faire changer à son seul profit une décision d'élus, une attitude peu banale qui fait fi des lois (le POS et la Loi Littoral);

 

- questions aussi sur le devenir du site de l'usine de Doëlan ... nous avons dit notre espoir qu'une solution d'intérêt général puisse intervenir compte tenu du contexte plus favorable actuellement, aux niveaux local et régional;

 

- une question pratique illustrant  des attentes vis-à-vis d’associations se référant à l’environnement …« Savez-vous s’il existe une réglementation de la distance entre les champs cultivés où l’on emploie des pesticides et une maison d’habitation ? … Réponse : « Non dans l’immédiat, mais le problème nous intéresse et nous allons nous renseigner pour vous répondre ! » 

   (renseignements pris depuis : les règlementations sur les pesticides et la protection des personnes au niveau de l'Europe et de la France seraient assez décevantee actuellement ; nous poursuivons les recherches; en attendant, on peut cliquer ICI et ICI).

 

 

 

Quant aux panneaux du stand devant lesquels nous échangions avec les visiteurs, ils reprenaient une bonne partie des textes du « Journal de DCE » publié le 14 Juillet 2009 (on peut le télécharger en cliquant ICI), avec des photos et quelques « slogans » soulignant nos positions … En voici des aperçus comme souvenirs pour les visiteurs ...  et pour information de ceux qui ont raté le forum !

 

1er panneau :

 

  

Objectifs de DCE, éditorial du journal de Juillet 2009 sur les actions de l'année écoulée, formulaire d'adhésion (5 ou 10 euros  individu/famille), inscription à la Newsletter du blog et un aperçu du contenu de ce dernier.

 

 

 

2e panneau :


- Principales activités récentes et/ou en cours : Participation à 4 commissions extra-municipales - Animation d'un blog - Participation à la "Journée de la Mer" ...

- Quelques-uns des "dossiers : I ) Pour mémoire : défense de la cale Kernabat


CALES du DOMAINE PUBLIC MARITIME DE DOELAN :

PRIORITE A L'ACCOSTAGE DES BATEAUX

NON AUX TERRASSES COUVERTES 7 MOIS DE L'ANNEE !

 


 

3e panneau :

- Quelques-uns des "dossiers (suite) :


   II) L'affaire Abiven

   UNE "AFFAIRE" QUI DURE DEPUIS 10 ANS !

   DCE CONTINUE D'AGIR ...

   - TRACTS POUR L'ENQUETE PUBLIQUE

   - ORGANISATION D'UNE CONFERENCE DE PRESSE RASSEMBLANT 8 ASSOCIATIONS (2-7-09)

   - PETITION EN LIGNE SUR INTERNET

  IL EST TOUJOURS UTILE DE SIGNER CETTE PETITION (elle sera remise avec les dernières signatures pochainement à M. le Préfet) Cliquer ICI


III) Le site de l'ancienne usine Capitaine Cook à Doëlan

  IL FAUT CONSERVER ET VALORISER

  - les bâtiments "en dur" du devant de l'usine

  - la cheminée (la dernière dans la région témoignant des débuts industriels du 20e siècle)

  - la "Maison Berthèle" de 1884

 

 

 Le bas du 3e panneau fait référence à l'Atlas du patrimoine maritime culturel du Finistère.

Carte des petits ports d'intérêt patrimonial rédigé par l'équipe de l'Observatoire du patrimoine

maritime culturel dirigée par Mme Françoise PERON (GEOMER - LETG UMR 6554 CNRS -

Institut Universitaire Européen de la Mer - Université de Bretagne Occidentale) :

Mise à jour 10-09-09 : Auteurs de l'Atlas : Guillaume MARIE, Françoise PERON, Nicolas BERNARD

et Florence DESPRETZ - Edition : Conseil Général du Finistère et UBO, 2009, 132 p (41 cartes)

 

On peut y lire que le port de Doëlan y est classé parmi
les 8 "ports d'intérêt exceptionnel" (sur 400 étudiés)

 

 

 

Merci à toutes les personnes de dialogue rencontrées.

Rendez-vous au prochain Forum des Associations 2010 !

 

 

 

E.D. pour D.C.E.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 18:53

Les vacances sont finies ... Le repos du blog est terminé et donc le nôtre aussi .. de fait, ce fut bref !

Nous commençons cette rentrée par la bonne nouvelle d'une seconde participation de "Doëlan-Clohars-Environnement au Forum des associations qui se tiendra le samedi 5 Septembre de 10 H à 14 H (et non 13 H comme indiqué sur les affiches) à la Salle des Sports de Clohars-Carnoët.

Nous espérons vous y rencontrer nombreux pour évoquer les actions passées et à venir de notre association.


L'affiche du Forum des Associations du 5 Septembre 2009
actuellement diffusée par la Mairie de Clohars-Carnoët



Nous rendrons compte de ce Forum dans un prochain article qui devrait s'inscrire dans toute une série de reportages divers ... encore dans les cartons ... mais presque finis ... à propos de notre assemblée générale du 13 Août, des divers dossiers de protection et valorisation de l'environnement et d'évènements variés de la vie cloharsienne.

o

o          o

Mais il est aussi une autre nouvelle de rentrée, très triste cette fois : celle de la disparition  de notre ami et vice-président Charles de Fréminville le 28 Août.

Nous nous permettons de reproduire ici l'hommage que lui a rendu aujourd'hui le directeur du journal Ouest-France, M. François-Régis Hutin, puisque Charles de Fréminville y avait exercé plusieurs fonctions, ainsi que les annonces d'obsèques de sa famille et celles de notre association qui présente ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches (voir les documents joints en cliquant sur 1, 2 et 3).

Et puis ... nous repensons à sa présence, au Forum des Associations, justement, l'an dernier à pareille époque ... Il nous avait aidée à préparer les documents pour le stand ... puis il était venu  sur place pour échanger avec les visiteurs ... comme en témoignent ces quelques photos-souvenirs ...


  M. Charles de Fréminville attendant l'ouverture du Forum ...







... puis en grande discussion avec les visiteurs ...






Forum des Associations du 13 Septembre 2008


E.D. pour DCE

 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 23:47



Le Journal de l'association DCE daté du 14 juillet 2009 a été imprimé et est actuellement en cours de diffusion sur la commune et au-delà.

Une première : nous le publions au même moment sur le blog !



Vous trouverez ci-dessous le texte de l'éditorial de la Présidente de DCE, Madame Laurence BINEAU.

Pour lire la totalité du journal (6 pages), il faut cliquer ICI (Attention,le téléchargement peut demander du temps avec ce fichier PDF de 3,6 Mo)

Vos remarques, suggestions et questions sont les bienvenues :

- soit en "commentaires" dans la partie prévue en bas de cette page du blog;
- soit par un courrier électronique à notre adresse : association.dce29@orange.fr


Notre Assemblée Générale se tiendra le Jeudi 13 Août 2009 à 17 H 30 à la Maison pour Tous à St Jacques.


Extrait du journal :

 

DOELAN CLOHARS ENVIRONNEMENT

 

          Doëlan le 14 juillet 2009

 

 

EDITORIAL

 

 

1999-2009 : 10 ans de combats …

 

 

2 janvier 1999 : nous défilions dans Ie port de Doëlan contre un projet de «parc à annexes» d'une

capacité d'accueil de 200 places entraînant la disparition d'un très bel enrochement sous une cale en

béton et des râteliers. Quelle drôle d'idée pour une si jolie petite ria ! Projet étrange, sans possibilité de

parking à proximité, et d'autant plus révoltant que dans Ie port tous les môles et vieux appareillages en

pierre nécessitaient une réparation urgente.

 

Lors de la manifestation du 02/01/99 une des banderoles titrait « sous Ie parc à annexes, la

Marina ; la découverte récente d 'un projet de route dans le fond de l'anse, abandonné, lui donnerait-elle

raison ?

 

En 2003 Ie nouvel adjoint aux affaires portuaires, Mr Leyze, pris la mesure de la tâche à accomplir

et la mena à bien, gce à l'aide de Mr Le Pensec.

 

Il serait trop fastidieux d'énumérer toutes nos interventions, mais, grâce au soutien de ses membres,

DCE peut citer à son actif :

 

la préservation du fond de l'anse dans son écrin de verdure

le renoncement à la construction d'une route de la chapelle à Kerangoff

la  participation à l’élaboration de la zone ZPPAUP afin de protéger, entre autres, nos superbes

       chemins creux

le retour à la nature de la pointe de Beg an tour (dont la villa--blockaus avait fini par être

       squattée)

la « limitation des dégâts » pour Ie lotissement de Keruster dont nous avions réclamé Ie

       paysagement (murets de pierre et plantation de feuillus)

la  protection de la Maison à Berthèle (à proximité du phare aval)

de fidèles adhérentes du Pouldu n'ont pas oublié notre sauvetage du ruisseau du hameau des

       dunes (il était attaqué par des buses .. .)

notre soutien sans faille à la Vallée Verte contre le projet de carrière

notre implication dans l'affaire de la station dpuration

sans parler de notre action sur Ie terrain lors de la marée noire (Erika, décembre 1999) etc ...

 

Nous espérons voir nos démarches aboutir pour la préservation :

 

de l'espace dunaire du Pouldu

de la parcelle A 52 (affaire Abiven)

du site de 1 'ancienne usine Capitaine Cook

 

Nous continuerons donc à poursuivre notre action de protection et valorisation de l'environnement.

                                                                                                     Laurence BINEAU

 

 

Suite du journal : cliquer ICI. Attention, fichier volumieux à télécharger (3,6 Mo en PDF)



. Pour contacter l'association par mèl : association.dce29@orange.fr

. Pour s'inscrire à la Newsletter du blog et être informé-e de chaque parution d'article :
remplir le cadre tout en bas de la colonne de droite sur la page d'accueil (et n'oubliez pas de valider, en 2e étape, le mèl de confirmation d'inscription que vous aurez reçu dans les minutes qui ont suivi la 1ère étape).
. Pour adhérer à DCE : voir la ligne "Bulletin d'adhésion" dans la rubrique "Vie de l'association"
en colonne de gauche de la page d'accueil.




Partager cet article

Repost0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 07:39

Le projet s'est mis en route très récemment ... un peu par hasard ... mais nous sommes contents d'apporter une contribution positive (du moins on l'espère) à la vie de la commune ... Mais non, les associations de défense de l'environnement ne font pas que protester, s'opposer, elles sont aussi créatives ...  !




Il s'agit ici d'un diaporama  que nous avons concocté à partir de  cartes postales anciennes du Port de Doëlan aimablement prêtées par un collectionneur doëlannais : M. Gilbert Le Meur et scannées avec son accord.

Une vidéoprojection aura lieu en continu à la Chapelle Sainte Anne de Doëlan de 14 à 18 H ce dimanche 7 juin 2009 (le lieu initialement prévu - le local SNSM - a dû être abandonné pour des raisons pratiques).

Les diapositives finales mettent en correspondance certaines cartes postales ... du passé et des photos du port aujourd'hui ...

L'annonce est faite tardivement, hélas. On espère tout de même avoir des visiteurs ... déjà ceux qui viendront pour la belle exposition de photos de "L'André-Yvette" installée dans le même lieu, la Chapelle Sainte-Anne depuis hier samedi 6 Juin.

On rappelle que la Journée de la Mer s'inscrit dans le cadre des manifestations suscitées par le Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire comme suite au "Grenelle de la Mer" (voir le site en cliquant ICI) ... auquel nous nous intéressons fortement puisque Doëlan ... est un port.


E. Dumont

 

Partager cet article

Repost0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 12:10

Lundi 30 mars ... Allons, il faut le finir cet article entamé le 25 !

La
Commission extra-municipale "Chemins", créée début décembre 2008, en est à sa 5ème réunion plénière de travail (successivement les 4 et 17 Décembre 2008, 14 Janvier 2009, 11 et 24 Mars 2009) avec un nombre de participants oscillant entre 13 et 18 qui sont toujours très actifs !



Un chemin rive droite de Doëlan, vers 16 H le 29 mars ... (ed - 29-03-2009)



On a indiqué dans un précédent article publié le 22 Février 2009 (DCE et les "commissions extra-municipales" de Clohars-Carnoët) les conditions de la création de cette commission spécifique, sa composition et ses principaux objectifs.

On rappelle brièvement ici qu'il s'agit d'oeuvrer à un "plan général des déplacements sur la commune" où les "chemins" - y compris les "sentiers" - qui sont de petits chemins étroits selon le dictionnaire - donc aussi le GR 34) - ont évidemment leur place, à côté des "voies".

Spécifiquement pour ces chemins et sentiers, il a été prévu : "de les répertorier en établissant leurs utilités et priorités, de les signaler plus clairement, de les aménager si nécessaire, et trouver les moyens de régler les éventuels contentieux, notamment pour certaines réouvertures paraissant indispensables, le tout dans un esprit de concertation" (cf. Introduction du maire M. Jacques Juloux et de l'adjoint au Littoral M. Gérard Cottrel, chargé de cette commission, le 4 Décembre 2008).



Le chemin près de la Chapelle de Doëlan rive droite (ed - 29-03-2009)



Le sentier côtier GR 34 rive gauche de Doëlan un dimanche au ciel changeant ... (ed - 29-03-2009)



Les membres de la  Commission  - incluant beaucoup d'acteurs associatifs (*) et quelques particuliers bien au fait du thème traité - ont pris ce projet très au sérieux.

En effet, outre la participation aux réunions plénières, des réunions intermédiaires préparatoires et des visites de terrain ont eu lieu à plusieurs reprises au sein des petits groupes constitués en "sous-commissions" pour remplir les "fiches d'états des lieux et propositions" annoncées (cf. l'article du 22-02-2009) concernant les parties de la commune qu'ils s'étaient volontairement attribuées.


Les 11 et 24 Mars 2009, les premiers résultats de ce travail de fond ont été exposés par les responsables de trois des cinq "sous-commissions" créées. Les exposés continueront pour les deux autres  la seconde semaine d'Avril ... Et il faudra encore se revoir pour boucler les propositions finales qui seront soumises aux élus ...


Vidéoprojection de zones du cadastres prises en charge par l'une ou l'autre
des "sous-commissions chemins" lors de la réunion plénière du 24 Mars 2009,
en collaboration avec un membre des services techniques de la mairie.


En tous cas, lors des deux dernières réunions plénières, on a commencé à avoir une idée un peu plus précise du "plan des chemins" envisageable pour la commune. En effet, les intervenants se sont efforcés de résumer ceux des chemins qui avaient  véritablement semblé "utiles" au sein de leur groupe de travail, en expliquant pourquoi (circuit touristique intéressant, cheminement très pratique pour aller d'un hameau à un autre ou aller à la côte ...)  Ils ont essayé de préciser les "degrés de priorité" et les "degrés de faisabilité" selon l'existence ou non de problèmes plus ou moins complexes à régler, en suggérant  au besoin diverses solutions (aménagements de tracés, contournements, achats éventuels de petits terrains de "liaison" par la commune ...).

Cette méthode collective de travail - en petits groupes qui se rassemblent ensuite plus largement - a permis que d'autres précisions soient apportées et parfois de nouvelles solutions envisagées.

En effet, la majorité des participants a une connaissance approfondie des lieux et de leurs histoires : plusieurs sont nés à Clohars-Carnoët, d'autres y vivent depuis de nombreuses années  ... et tous ont parcouru quantité de kilomètres sur les chemins ... plusieurs d'entre eux sont relativement au fait des relations "paisibles" ou "conflictuelles" entre les propriétaires (particuliers et commune) ...  Ce savoir est évidemment précieux pour l'efficacité de l'ensemble de la commission, d'autant plus qu'il a été "interpellé" par les  contributions des participants plus "nouveaux dans la commune" demandant qu'on clarifie plus encore puis qu'on synthétise cette masse de données.

Quitte à faire sourire, on redit ici que les échanges ont lieu dans une ambiance particulièrement sympathique et coopérative.
Ce n'était pas évident le premier jour ... Les personnes étaient différentes, leurs intérêts pas forcément compatibles au départ ... Il existait certaines méfiances ... Mais finalement, la bonne volonté est apparue générale., le responsable de la commission y ayant beaucoup contribué (pourquoi ne faudrait-il pas le dire ? ...). Du coup, les connaissances des uns et des autres se sont croisées et enrichies mutuellement permettant d'y voir petit à petit un peu plus clair dans cet énorme chantier des chemins.

Qu'en adviendra t-il à la fin ?

On espère bien que le climat de confiance qui s'est établi va perdurer. Et s'il est clair pour tous que les décisions finales et les responsabilités seront prises par les élus municipaux compétents (selon les réunions plénières, leur nombre varie de 2 à 4 ou 5) et en dernier ressort le maire, les autres participants ne peuvent imaginer qu'ils auraient perdu leur temps et que l'issue irait totalement à l'encontre d'une ligne consensuelle sur les vraies nécessités dans l'intérêt général.

Le calendrier prévoit une synthèse de la commission si possible avant l'été ...
A suivre donc.

E.D.
membre de la commission "Chemins", représentante pour D.C.E. (avec la présidente)
et désignée plusieurs fois secrétaire de séance



(*) Les associations représentées à ce jour sont : "Amis du Pouldu", "Amis des Chemins de Ronde" du Finistère, "Association des Chasseurs", "Doëlan-Clohars-Environnement", "Dré Ar Vinojenn", "Vallée Verte", avec le plus souvent deux représentants dont, chaque fois, le ou la président-e de l'association concernée.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 15:59


L’incertitude sur le devenir du projet de terrasse couverte sur la cale Kernabat à Doëlan  (cf. notre article du 03-03-09 - cliquer ICI) apparaît levée … si les mots ont un sens.

 

En effet, il faut se rappeler qu’à la 2ème réunion sur le « Développement durable » du 28 Février 2009 à la Maison des Associations à St-Jacques, M. le Maire Jacques Juloux avait fait allusion à ce projet. Il parlait alors de certaines « difficultés » qui y étaient liées et du fait que sa décision finale dépendait de l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) et de la Direction Départementale de l’Equipement et l’Agriculture (D.D.E.A.).  Par ailleurs, des proches du porteur de projet et favorables à ce dernier semblaient dire qu’hélas « c’était joué » ( ?) compte tenu d’un courrier municipal arrivé peu avant … mais qui était « contradictoire » (déclaration vs permis ?) ……

 

Or, notre association vient d’être informée par un courrier de la mairie, daté du vendredi 6 Mars 2009, signé du maire et de l’adjoint à l’urbanisme, de la position à l’égard du projet de terrasse couverte. On y lit ainsi qu’une déclaration préalable ne suffit pas puisqu’ « une SHOB de 48 m2 doit faire l’objet d’une demande de permis de construire » (*) avec les précisions suivantes : « Il est nécessaire d’obtenir l’autorisation du maire pour l’installation d’une terrasse sur le domaine public maritime. Or, après avis de la DDEA et de l’Architecte des Bâtiments de France, il apparaît qu’à cet emplacement une terrasse n’est pas appropriée ».

 

Faut-il s’étonner que  « Doëlan-Clohars-Environnement » soit ainsi informée par la mairie de sa position …?

 

On a déjà indiqué les circonstances de l’avis qui nous a été demandé et la première démarche (orale) faite auprès de la mairie pour exprimer nos inquiétudes et tâcher de « peser », à notre niveau, sur les décisions (**) et (***).

 

Nous avons bien sûr continué d’agir pour diffuser les arguments qu’il nous semblait indispensable de soumettre à l’analyse, en faisant prendre conscience de la réalité du terrain (cf. notre dossier de 10 pages « Avis sur le projet ... » accessible avec les  deux documents suivants en format PDF : pages 1 à 5 (3,44 Mo) et pages 6 à 10 (3,51 Mo).

 

Une diffusion auprès de qui ?  D’abord auprès des décideurs institutionnels … comme le font tous les collectifs et toutes les associations qui croient vraiment en leurs options déclarées et veulent être efficaces. Ensuite auprès des personnes qui nous font l’honneur de consulter notre blog, à savoir les cloharsiens y surfant librement ou étant abonnés à la Newsletters, plus les abonnés des communes alentour et au-delà … ceci pour que la transparence ne soit pas un mot creux.

 

Notre association est-elle à présent « satisfaite » ? Oui puisque la majorité de son conseil d’administration était en défaveur du projet de terrasse. On se permet d’ajouter ceci : il faut croire que cette position n’était ni « sectaire » ni « passéiste ou ringarde » puisqu’elle a été partagée par l’ABF et la DDEA et que la mairie semble s’y être rendue … alors qu’elle n’y était pas obligée, tous les avis - dont celui de DCE - étant consultatifs.

 

La « satisfaction » évoquée est évidemment fortement tempérée par la conscience claire que la situation est personnellement négative pour le porteur de projet, connu et apprécié de beaucoup d’entre nous.

 

Mais le projet n’avait pas qu’un impact limité « privé » … loin de là. Il concernait au contraire beaucoup de monde. Et, on le répète avec force : il aurait constitué un précédent très risqué. En effet, pourquoi l’autre café de la rive gauche ne demanderait-il pas lui aussi à construire une terrasse couverte sur la cale juste devant … plus près de l’eau que l’actuelle terrasse (récemment modernisée) situé « normalement » en retrait du quai et de la route … Et alors, de fil en aiguille, où irions-nous ?

 

Cette « prolifération » risquée d’installations plus ou moins permanentes et « non maritimes » sur le « domaine public maritime » n’est-elle pas une question  ... de fond ? (****).

 

Nous souhaitons qu’un débat sérieux s’ouvre à ce sujet, car à l’évidence c’est tout à fait cohérent avec la démarche en cours pour l’Agenda 21 de Clohars-Carnoët et celui de la COCOPAQ où le « développement durable/soutenable » doit s’appuyer sur le « trépied : économie - environnement – social ». Entrons donc  pleinement dans le concret et le débat public !


ED pour DCE

 


(*) SHOB : surface hors d’œuvre brute.

(**) Cf. Rencontre avec la 1ère Adjointe, Mme Maréchal, le 11 Février 2009, citée dans l’article du blog du 03-03-09 « Alerte  pour la cale Kernabat ..." (***).

(***) Pour l'article du 3 Mars 2009, un problème technique est apparu que nous n’avons pu hélas résoudre pour l’instant : après une manœuvre temporaire, les nouveaux commentaires ont échoué à s’enregistrer (cf. deux lecteurs qui nous ont prévenus). C’est ainsi qu’un 3e  lecteur du blog – « Erwan » a écrit son message dans les commentaires d’un autre article : « Développement durable (1) : le Grenelle de la mer ». Nous essayons de trouver la solution. Dans l’immédiat, ce nouvel article sur le problème de la cale Kernabat devrait permettrait de revenir à une expression libre sous forme de commentaires.

(****) Voir notre article du 7 Mars 2009 sur le « Grenelle de la mer ».

Partager cet article

Repost0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 12:10

Pourquoi une « alerte » ? Parce qu’un problème d’aspect environnemental très significatif à nos yeux, a été posé … et qu’à ce jour il n’est pas encore vraiment réglé - dans un sens ou dans un autre : refus ou acceptation officiel(le) - du moins à notre connaissance. Or, cela concerne un projet dont la réalisation pourrait constituer un « précédent » risqué pour le paysage pittoresque du Port de Doëlan et le droit d’usage lié au domaine public maritime.

 

Alors parlons-en (et que le porteur de projet veuille bien nous excuser pour la liberté de ton qui suit).


 

Quai et cale Kernabat à Doëlan le 16-2-09.jpg



Quelques éléments historiques utiles :

 

Le 24 janvier dernier, lors de la réunion conviviale qui a suivi la cérémonie des vœux du maire à la Salle des Fêtes de Clohars-Carnoët, le patron du bar « Le Rive Gauche » - M. Eric Grobsheiser -  a sollicité notre association, « sur le conseil de la mairie » a-t-il dit, à propos d’un projet de terrasse couverte sur la cale Kernabat.

 

C’est ainsi que le 2 Février, quatre membres de DCE se sont rendus sur place Quai Kernabat à l’invitation du porteur de projet.

 

La rencontre très cordiale (plusieurs d’entre nous connaissent bien le patron du « Rive Gauche » et l’apprécient) s’est néanmoins terminée sur un climat de malaise.

 

En effet, à notre grand regret, le projet qui nous a été détaillé, plans à l’appui, est apparu au cours de la discussion de plus en plus inadapté ou « incongru », en termes esthétiques et paysagers ainsi qu’au plan pratique et de la sécurité, sur cette cale au milieu de la ria.

 

 

 

Une version du projet de terrasse.jpg (*)

 

 

Rapidement, une consultation démocratique de l’ensemble des membres du conseil d’administration de « Doëlan-Clohars-Environnement » s’est mise en route. Simultanément, un rendez-vous a été demandé à M. le Maire Jacques Juloux.

 

Compte tenu de son emploi du temps chargé, c’est Mme Anne Maréchal, 1ère Adjointe, qui a reçu le 11 Février 2009 la Présidente de DCE, Mme Bineau, accompagnée de Mme Dumont (du CA de DCE). L’entretien toujours cordial n’a cependant pas calmé nos inquiétudes.

 

Entre temps, la consultation des quatorze membres du CA de DCE a abouti à onze avis défavorables au projet de terrasse couverte.

 

 

C’est alors qu’on a voulu rassembler dans un dossier les arguments détaillés de cet avis majoritaire défavorable à la terrasse couverte pour mieux les faire connaître (comme cela a déjà été fait pour d’autres projets qui ont un impact public et pas seulement privé : exemple le devenir du site de l’ex-usine Capitaine Cook).

 

 


Le dossier de D.C.E. "Avis projet de Terrasse ..." (10 pages et 21 illustrations)

 

                  

On ne va pas répéter ici tous ces arguments : on pourra les lire dans le dossier indiqué en cliquant sur les deux documents suivants en format PDF : pages 1 à 5 (3,44 Mo) et pages 6 à 10 (3,51 Mo).


 

Une question : en procédant ainsi, n’avons-nous pas fait notre « job » (de bénévoles !) ?

Il n’y a là aucune visée de « monopole de la défense de l’environnement » ni de positions d’ « ayatollahs de l’environnement » selon quelques amicales remarques ! Il suffit de relire nos statuts (voir en page d’accueil) et de se rappeler que l’association existe depuis vingt ans et a donc une certaine légitimité, sans exclusive.

 

Le débat important est de fait celui d’une vraie perspective de « développement durable » qui inclut « trois piliers » comme cela a été rappelé lors de la réunion publique organisée par la municipalité le 28 Février : environnement – économie – social. Nous en sommes d’accord. Il faut encore y travailler … Rude tâche si on veut dépasser nos préjugés, nos préférences plus ou moins conscientes pour l’un ou l’autre des trois « piliers » !

 

On se permet ces dernières « interpellations » :

 

- Ne vaut-il pas mieux « prévenir que guérir » et agir autrement qu’à « court-terme » ?

 

- Quelle(s) leçon(s) concrète(s) allons-nous tirer, à Clohars-Carnoët, de la connaissance apportée par les deux chercheurs-conférenciers de la réunion du 28 Février – Mme Françoise PERON et M. Johan VINCENT :  "Dans notre Recensement du Patrimoine Maritime Bâti", ont-ils dit,  "Doëlan a été classé dans la catégorie des 19 « ports d’intérêt exceptionnel » sur un total de 401 ports bretons étudiés »  … ?

 

- Ne faut-il pas se « re-saisir » : le dynamisme sympathique d’un commerçant fort apprécié localement et le souci de « revitaliser Doëlan », selon l’expression consacrée, autorisent-ils une telle erreur d’aménagement à l’époque du « Grenelle de l’environnement » et plus récemment du « Grenelle maritime » , n’y a-t-il pas de solution(s) plus appropriée(s) harmonisant intérêt privé et intérêt général ?

 

A suivre encore …

 


Evelyne Dumont

(CA de DCE)

 

(*) Les critiques faites dans le dossier ne concernent pas le produit en lui-même mais le fait qu’il pose des problèmes pratiques et de sécurité ainsi que d’intégration dans le paysage très spécifique du port de Doëlan.



Partager cet article

Repost0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 23:38


En guise de préambule

 

Comme elle l’avait annoncé dans son programme, la liste élue aux Municipales de Mars 2008 a mis en place un certain nombre de structures de consultation de la population, dont des commissions dites « extra-municipales » sur divers thèmes.

 

A ce jour, il existe trois commissions extra-municipales, qui sont, par ordre de création : « Commission Station d’Epuration » (Septembre 2008), « Commission Chemins » (début Décembre 2008) et « Commission Voirie » (mi-Janvier 2009).

 

Ces commissions sont animées chacune par un adjoint au maire et comportent toutes des représentants d’associations auxquels s’ajoutent, selon les cas : un ou plusieurs experts (par exemples les architectes en charge de la ZPPAUP , un membre des services techniques municipaux …), éventuellement un ou plusieurs particuliers cloharsiens considérés comme ayant des connaissances et expériences utiles pour les questions traitées, enfin un ou plusieurs élus concernés à des degrés divers par les problèmes traités (exemple : l’adjoint à l’urbanisme, l’adjoint à la sécurité, etc.).

 

Naturellement, le détail de la composition même des commissions et aussi leurs objectifs peuvent être soumis à discussion, à critiques éventuelles … (par exemple s’interroger sur les critères d’invitation à participer, s’étonner de certaines absences, craindre une participation-caution ou « récupération », etc.). Ce n’est pas l’objet de ce premier article thématique sur les commissions extra-municipales. On confirme simplement ici que notre association DCE ayant été sollicitée, ses responsables ont choisi de répondre « oui » dans un esprit de participation constructive tout en restant vigilants. Mais le débat pourra être abordé ultérieurement sur ce blog …


Aujourd’hui on a choisi d’entrer d’abord dans le vif du sujet en présentant le fonctionnement de l’une des trois commissions, celle des « Chemins » à laquelle participent la présidente de DCE, Laurence BINEAU, et l’auteure de cet article. Ainsi le lecteur aura-t-il quelques éléments tangibles sur « comment ça se passe » et « où ça va » … au moins dans les grandes lignes en l’état actuel du travail.


Les trois premières réunions de la « Commission Chemins »

 


A la première réunion du 4 Décembre 2008, dix-huit personnes étaient présentes, dont notamment neuf  représentants de cinq associations locales  – « Amis du Pouldu », « Association des Chasseurs », « Doëlan-Clohars-Environnement », « Dré ar Vinojenn » et « Vallée Verte » et un représentant des agriculteurs. A noter qu’à la 3ème réunion, une association départementale dont le président habite Clohars-Carnoët a également été invitée à participer : « Les Amis des Chemins de Ronde du Finistère ».


Ce jour là, le maire, M. Jacques JULOUX, et le responsable de la Commission, M. Gérard COTTREL, Adjoint au Littoral, ont présenté les objectifs en soulignant qu’il s’agissait d’« ouvrir concrètement le dossier des chemins évoqué lors de la campagne électorale en vue d’une réalisation pour 2010 » en se situant dans le cadre d’élaboration d’un « plan général des déplacements sur la commune » basé sur l’existant à conserver et les nouveautés à envisager telles que des voies douces, pistes cyclables, etc. ». Pour les chemins, il était question de « les répertorier en établissant les utilités et priorités, de les signaler plus clairement, de les aménager si nécessaire, et de trouver les moyens de régler les éventuels contentieux, notamment pour certaines ré-ouvertures paraissant indispensables, le tout dans un esprit de concertation ».

 

Après le départ du maire appelé à une autre réunion, les participants se sont présentés un à un en indiquant leurs points d’intérêt, leurs attentes voire leurs exigences. Ce n’était pas évident vu l’hétérogénéité de l’assemblée mais il faut dire qu’assez rapidement une très bonne ambiance s’est installée chacun constatant la volonté réciproque d’écoute, d’ouverture, le désir d’apporter de l’aide et des solutions sur « ce thème de chemins qui ne l’oublions pas déclenche souvent des passions » a souligné un membre de Dré ar Vinojenn  ! On a abondamment discuté de la méthodologie qu’on pourrait appliquer à l’ampleur du chantier, commencé à recenser les points délicats et les priorités, parlé de convention de passage à établir avec certains propriétaires  qui en seraient d’accord  concernant des portions de chemins privées …

 

A la seconde réunion du 17 Décembre 2008 (13 participants), les questions de méthode de travail se sont encore posées.

 

On a cherché à mettre de l’ordre avec un « inventaire des cheminements utiles – en dehors des routes – pour aller vers … » sur la base de cinq grands secteurs : 1) vers la forêt, 2) vers la côte, 3) vers la rivière Laïta, 4) vers le bourg, 5) vers les villages. On a encore débattu collectivement de divers points sensibles ou au contraire de passages qu’on pourrait aisément rétablir ou améliorer moyennant des accords explicites et sécurisants (problèmes d’assurances). Puis la nécessité s’est imposée : on doit passer à un travail direct et précis sur la base des cartes de la commune.

 

La préparation s’est faite dans l’intervalle qui a précédé la 3ème réunion, plusieurs membres se contactant, discutant entre eux et rassemblant la documentation nécessaire à tous.

 

Lors de la troisième réunion, le 14 Janvier 2009, une vidéoprojection du cadastre de Clohars-Carnoët a facilité les échanges du jour entre les 18 personnes présentes.

 

On a finalement choisi de découper la commune en cinq zones prises en charge par cinq sous-commissions ayant chacune pour mission, selon les propos des participants eux-mêmes : 1/ d’établir un état des lieux de leur zone (chemins existants à pérenniser et/ou à aménager et/ou à créer ; nature des éventuels problèmes) ; 2/ de faire des propositions précises et argumentées … étant entendu pour tout le monde qu’il reviendra ensuite naturellement aux élus de prendre les décisions et responsabilités nécessaires qui leur incombent (convention de passages, achats éventuels par la commune,etc.) (cf. les termes du compte rendu de cette réunion).

 

Actuellement, l’état des lieux a commencé concrètement par un laborieux repérage des voies, chemins, sentiers matérialisé par des tracés selon en codage en quatre couleurs sur les cartes … agrémenté d’innombrables descriptions par les plus fins connaisseurs du coin … pour savoir si on peut passer, si on doit passer, etc., toutes informations qu’il faut noter pour ensuite rédiger des fiches exploitables …

 

 

 

  Les membres de la « Sous-commission Chemins n° 1 » au travail lundi 16 Février au soir  à St Jacques

 


 

  Une partie du travail sur les cartes …

 

 

Conclusion provisoire

 

« Quel travail » on en conviendra ! Pas étonnant dira quelqu’un : « Rien n’a été fait de sérieux et de systématique par la commune depuis plus de 20 ans concernant la situation des chemins ! ».

 

En tous cas, la motivation est forte pour tous les participants … lesquels ne ménagent ni leur temps ni leur énergie en se rencontrant en plus des réunions plénières … Il distinguent par ailleurs les rôles : « aux élus de trancher mais à nous de savoir nous faire entendre et peser pour la réalisation effective de ce que nous croyons utile ».


A suivre …

 

E.D.

 

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 23:54


La Présidente de Doëlan-Clohars-Environnement,

Laurence BINEAU,

 

et son Equipe du Conseil d’Administration


vous présentent leurs


meilleurs vœux de bonne année 2009





                                  Illumination de rue à Clohars dimanche soir 28 Décembre 2008


Pour tous les « amoureux » de notre belle commune – ceux qui y vivent depuis toujours, ceux venus d’ailleurs qui ont choisi de s’y installer et ceux qui sont de passage en promenades, en vacances … - nous espérons que 2009 verra s’amplifier la protection et la valorisation de la qualité de l’environnement et du patrimoine cloharsiens au sens large :

paysages de mer, de campagne, de rivière et de forêt,

patrimoine bâti,

patrimoine maritime,

éléments du cadre de vie propices à la convivialité (dont les nombreux commerces de proximité) …

 

Cela semble en bonne voie, par exemple avec la création récente par la nouvelle municipalité d’un « quart d’heure citoyen » à la fin des conseils en mairie, de « réunions de quartiers » et aussi de « commissions » pour l’environnement, l’urbanisme, les chemins et sentiers … auxquelles participent des membres d’associations, des professionnels, des particuliers et des élus, tous lieux où l’on peut a priori s’exprimer librement sur des questions d’intérêt général.

 

Ce sont des signes d’une volonté d’écoute continue de la population par les nouveaux élus qu’on espère voir déboucher rapidement sur des décisions réellement consensuelles.

 

Dans ce contexte, Doëlan-Clohars-Environnement s’efforce d’être à la fois vigilant et constructif en apportant des contributions concrètes. C’était précisément l’objet des échanges et discussions lors de la réunion du Conseil d’administration qui s’est tenu, hier soir, 27 Décembre 2008.

 

Mais la grande attention apportée à Clohars-Carnoët ne nous empêche pas de penser aux autres qui agissent ailleurs pour défendre et valoriser aussi l’environnement et le patrimoine … et de leur exprimer notre solidarité … et notre admiration quand ils sont sur la voie de la réussite..

 

C’est le cas, entre autres, ces temps-ci, à propos :

 

- de PLOURAY en Centre Bretagne où les habitants se sont mobilisés contre un énorme projet de décharge de déchets industriels sur des terres agricoles et ont obtenu des succès ; dans ce cas, on peut encore augmenter la liste des signataires de la pétition pour les conforter, surtout que Clohars-Carnoët est concernée puisqu’un captage de l’Ellé pour l’eau potable se situe en aval du projet … un comble et un paradoxe quand par ailleurs on apprend que l’Ellé est la première « rivière vivante de l’Ouest – cf. Ouest-France du 16-12-08 : cliquer ici) ;

 

- et DOUARNENEZ où le Port-musée est en péril pour cause de suppression de crédits …

 

 

On peut trouver toutes les informations complémentaires utiles et les textes des pétitions à signer sur les sites :

 

- Association Nature et Patrimoine en Centre Bretagne (NPCB) 

- Blog cloharsien de l’association CAP-Action-Solidarité qui a d’emblée soutenu Plouray

- Site pour la pétition « Nous ne voulons pas que le Centre Bretagne devienne

  une poubelle"

- Site du Port-Musée de Douarnenez

- Site de la revue Le Chasse-marée

- Texte de la pétition "Pour que vive le port-musée de Douarnenez"

   

 


  "Douarnenez 2006"  - (c) ed





Partager cet article

Repost0